Les recommandations pour une santé de fer

Les recommandations pour une santé de fer

25.04.2014
  • santé de fer
Le jeune enfant présente un risque particulier de carence en fer en raison de besoins élevés. La prévalence de l’anémie ferriprive en Europe est inférieure à 2 % avant l’âge de 6 mois, de 2 à 3 % entre 6 et 9 mois et de 3 à 9 % entre 1 et 3 ans. Le risque en est particulièrement élevé en cas de petit poids de naissance, d’alimentation à base de lait de vache, d’absence de supplémentation en fer, de bas statut socio-économique et chez les familles d’immigrants. Des experts du comité ESPGHAN* sur la nutrition font le point dans le Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition (1) et soulignent leurs recommandations.
 
La carence en fer se développe selon trois stades :
–  déplétion en fer, caractérisée par la baisse des réserves ;
–  érythropoïèse  ferriprive ;
– anémie  ferriprive.
L’association des mesures de l’hémoglobine et de la  ferritine  sérique est considérée comme le marqueur le plus fiable du statut  ferrique. Chez l’enfant, des seuils adaptés à l’âge doivent être utilisés (cf. Tableau 1). 
 
 
0-1 semaine
 2 mois
4 mois
6-24 mois
2-5 ans
Hb (g/L)
135
90
105
105
110
Ferritine (µg/L)
40
40
20
10-12
10-12
Tableau 1 : Seuils indicatifs d’hémoglobine et de ferritine en fonction de l’âge
 
Jusqu’à 4-6 mois, l’enfant né à terme et en bonne santé dispose de réserves suffisantes en fer pour être  autosuffisant, même en cas d’allaitement exclusif. Entre 6 et 24 mois, il devient dépendant des apports alimentaires additionnels et, du fait de sa croissance très rapide, ses besoins en fer sont plus importants qu’à toute autre période de la vie. Entre 6 et 24 mois, le contenu en fer de l’organisme doit doubler, passant de 300 à 600 mg. Ainsi, les besoins théoriques en fer à cet âge sont de 0,76 mg/j/kg, en prenant pour hypothèse une  biodisponibilité moyenne de 10 %. 
 
 
6-12 mois
1-3 ans
4-8 ans
9-13 ans
Apports journaliers en mg
7,8 à 11
5,8 à 9
6,1 à 10
8 à 11
Apports journaliers en mg/kg/j
0,9 à 1,3
0,5 à 0,8
0,3 à 0,5
0,2 à 0,3
Tableau 2 : Apports recommandés en fer
 
L’absorption du fer est très variable : de 50 % pour le fer du lait maternel, 10 % pour le fer des formules enrichies, 25 % pour celui de la viande. L’absorption du fer est augmentée en cas de  déplétion
La principale conséquence d’une carence en fer chez l’enfant est le risque de retard de développement neurologique et mental. L’anémie  ferriprive de la petite enfance est associée à un déficit cognitif et  comportemental durable. La  supplémentation en fer a montré un effet positif sur les indices de développement mental et le développement moteur chez les nourrissons  carencés
Le fer est aussi un puissant  pro-oxydant et, contrairement à d’autres  micronutriments, il ne peut pas être éliminé activement par l’organisme. Une  supplémentation intempestive en fer chez les nourrissons non  carencés peut avoir des conséquences négatives : retard de croissance et risque majoré d’infections. 
 
Recommandations :
- En Europe, la supplémentation en fer de la femme enceinte ne semble pas améliorer le statut en fer de l’enfant.
- Un clampage retardé (3 minutes) du cordon est conseillé chez tous les nouveau-nés de façon à augmenter la transfusion du sang du cordon au bébé. - Il n’est pas utile de supplémenter systématiquement en fer les nourrissons de poids de naissance normal.
- En cas d’alimentation par formule infantile, jusqu’à 6 mois celle-ci doit être enrichie en fer à raison de 4 à 8 mg/L.
- Les enfants de relativement faible poids de naissance (2 à 2,5 kg) doivent être supplémentés en fer (1-2 mg/kg/j) à partir de 2 à 6 semaines et jusqu’à l’âge de 6 mois, quel que soit leur terme. - Les enfants de petit poids de naissance – inférieur à 2 kg – doivent être supplémentés à la dose de 2 à 3 mg/kg/j. - Les formules de suite doivent être enrichies en fer, mais les données sont insuffisantes pour déterminer la concentration optimale.
- À partir de 6 mois, tous les enfants doivent recevoir une alimentation riche en fer, incluant de la viande et/ou des aliments enrichis en fer.
- Le lait de vache non modifié ne doit pas constituer le principal apport lacté avant l’âge de 12 mois et doit être limité à 500 mL par jour chez le nourrisson. - Ces recommandations diététiques doivent en particulier être communiquées aux groupes à haut risque tels que familles de niveau socio-économique faible ou migrantes.
 
 
Dr Elisabeth MILLARA
 
Référence
1. Domellöf M, Braegger C, Campoy C, Colomb V et al. ; ESPGHAN Committee on Nutrition
Iron requirements of infants and toddlers. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2014 ; 58 : 119-29.
 
 
* ESPGHAN =  European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

59 753 étudiants inscrits en PACES, nouveau record !

paces

Les études de santé restent plus que jamais plébiscitées par les jeunes. Selon les statistiques de l'administration universitaire... 16

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter