Plus de 2 000 tubes contenant du SRAS « au potentiel infectieux nul » disparaissent à l’Institut Pasteur

Plus de 2 000 tubes contenant du SRAS « au potentiel infectieux nul » disparaissent à l’Institut Pasteur

14.04.2014
  • 1397484895515122_IMG_127706_HR.jpg

À l’occasion d’une procédure d’inventaire réglementaire annuelle, le personnel de l’Institut Pasteur a constaté en début d’année la disparition de 2 349 tubes contentant « des fragments » du virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), a-t-on appris ce week-end dans un communiqué de presse de l’Institut. Ces tubes étaient stockés dans un des sept laboratoires P3 habilités, sur les 18 existants dans les locaux de Pasteur, à conserver des micro-organismes et toxines hautement pathogènes (MOT). Une première enquête a été menée directement par l’Institut Pasteur : « Quand nous avons constaté que nous n’étions pas capables de retrouver ces échantillons, nous avons fait une déclaration le 8 avril à l’ANSM », explique au « Quotidien » le Pr Christian Bréchot, directeur général de l’Institut Pasteur. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) est en effet le titulaire juridique, en ce qui concerne les règles de traçabilité des MOT et la surveillance des laboratoires P3.

Jointe par « le Quotidien », l’ANSM a expliqué que l’enquête était toujours en cours pour déterminer si les règles de traçabilité avaient bien été appliquées, mais qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Les tentatives d’isolement du virus avaient toutes échoué

Les tubes en question contenaient des fragments de virus du SRAS issus d’échantillons naso-pharyngés prélevés sur des patients lors de l’épidémie 2003. Christian Bréchot insiste cependant sur le fait que « depuis le début, nous n’avons aucun doute sur la non-toxicité des échantillons, et ce point a été confirmé par un comité d’experts indépendants qui s’est réuni samedi ». En 2003, de très nombreuses tentatives d’isolement du virus à partir de ces échantillons avaient été menées, c’était d’ailleurs le but des recherches, ces essais avaient tous échoué. « De plus, ces échantillons ont subi une décongélation en 2012, et ont connu pendant plusieurs jours une température incompatible avec la viabilité des virus », complète Christian Bréchot.

Selon le directeur général de l’Institut Pasteur, l’hypothèse la plus probable est celle d’une destruction accidentelle, qui aurait eu lieu « au cours d’un transfert d’un congélateur à un autre lors de l’épisode de décongélation de 2012 ». Aucun scénario n’est cependant écarté, même si les experts rassemblés samedi ont estimé qu’aucune utilisation malveillante n’était possible à partir des échantillons disparus.

Une disparition « inacceptable »

Si l’enquête ne se déroule pas « dans un climat d’inquiétude », le directeur général de l’Institut Pasteur précise toutefois que cette disparition de tubes reste « inacceptable ». Trois mesures ont donc été décidées dimanche soir : la fermeture du P3 jusqu’à ce qu’à ce que les enquêteurs découvrent ce qui s’est réellement passé, le début d’un nouvel inventaire complet des MOT présents à l’Institut Pasteur ainsi que la décision d’un dépôt de plainte contre X auprès du procureur de la République de Paris. « Nous ne voulons pas écarter la piste de l’acte de malveillance, même si elle est très improbable, explique le Pr Bréchot, et le parquet à des moyens ad hoc dont ne dispose pas l’ANSM. » Une dizaine de personnes seulement avait accès à ces tubes, et les allées et venues étaient très réglementées.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
15.04.2014 à 07h55

« On ne sait pas, mais faisons semblant d'organiser en minimisant les risques pour ne pas effrayer la population. Et si tout ça se retrouvait dans les canalisations par la grâce d'un acte terroriste? Lire la suite

Répondre
 
14.04.2014 à 22h16

« Nous sommes tous cons-cernés....

Inacceptable en effet....

Roland Loux Nord »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter