Tentative d’empoisonnement de 3 chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

Tentative d’empoisonnement de 3 chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

10.04.2014
  • 1397144052514313_IMG_127504_HR.jpg

    Tentative d’empoisonnement de 3 chercheurs à l’Institut Gustave-Roussy

L’institut Gustave-Roussy à Villejuif (Val-de-Marne) a annoncé avoir déposé lundi 7 avril une plainte pour tentative d’empoisonnement après la découverte d’azoture de sodium dans la bouilloire utilisée pour leur consommation de boissons chaudes par trois de ses chercheurs. La substance retrouvée est utilisée en faible concentration comme agent de conservation dans certaines solutions d’analyse et fluides biologiques pour éviter la prolifération bactérienne.

C’est juste après avoir ingéré du café préparé au moment de leur pause que les 3 médecins chercheurs travaillant dans un pavillon de recherche situé à côté de l’Institut ont présenté les mêmes symptômes.

Un acte de malveillance

« Ils ont à peine bu qu’ils ont senti une odeur anormale, ils ont recraché et ont été immédiatement pris d’étourdissements et d’une perte de connaissance », a expliqué à l’AFP le directeur général adjoint de l’institut Gustave-Roussy, Charles Guépratte. Les analyses réalisées à l’hôpital Kremlin-Bicêtre où ils ont été immédiatement transférés ont révélé la présence d’azoture de sodium. Les chercheurs sortis de l’hôpital le jour-même, vont bien et ont d’ailleurs repris le travail le lendemain.

Toutefois les investigations effectuées à Gustave Roussy ont mis hors de cause l’eau de du robinet mais mis en évidence la présence d’azoture de sodium dans la bouilloire qui avait servi à la préparation du café.

« Compte tenu de la concentration, on peut exclure la maladresse », a précisé Charles Guépratte. « La direction considère que c’est forcément intentionnel et qu’il s’agit d’un acte de malveillance », a-t-il poursuivi. À Gustave-Roussy, c’est un peu l’émoi. Aucun mobile n’est évoqué. Aucun incident relationnel n’a été signalé au sein de l’unité de recherche. En attendant les résultats de l’enquête, l’Institut a décidé de renforcer la sécurité dans l’unité de recherche.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.04.2014 à 17h58

« Tiens cela me rappelle en 1980 "la RUSSIE et ses chercheurs" ! Tous au pas ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... 2

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la... 7

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 38

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter