E-docteur, le médecin virtuel doit encore bûcher

E-docteur, le médecin virtuel doit encore bûcher

05.04.2014
  • e_docteur

Un ordinateur peut-il faire le travail d'un médecin ? E-docteur n'en est pas là. Mais ce service en ligne d'analyse des symptômes, ouvert en février 2014, ouvre la voie à une médecine virtuelle, selon son créateur. « Le système expert utilisé par e-docteur correspond à l’embryon de la pensée d’un médecin », écrit sur son blog le Dr Loic Etienne.

E-docteur recueille les symptômes des patients et fournit en retour des conseils sur l'attitude à avoir (repos, consultation en urgence, etc.). Une sorte de « régulation virtuelle »expliquait le Dr Etienne, lors du lancement de ce service.

Pas question de remplacer une consultation médicale. L'alerte figure d'ailleurs en bonne place sur la page d'accueil du site. Certes... mais e-docteur se targue tout de même de pouvoir « identifier les maladies les plus probables » (parmi plus de 500 pathologies) et d'indiquer la liste des médicaments à « prendre pour se soulager en toute sécurité ».

Testé par des urgentistes

Le service tient-il promesse ? Deux médecins urgentistes ont accepté pour « le Quotidien » de le tester en lui soumettant des cas cliniques. Premier test : le pneumothorax.

e_docteur2.png

E-docteur démarre l'interrogatoire. Le patient virtuel, un homme de plus de 40 ans, est invité à désigner les zones qui le font souffrir en cliquant sur un corps affiché à l'écran. En l'occurrence, le thorax. Le système demande des précisions. Réponse : « La douleur se localise dans le sein gauche depuis quelques jours. Le symptôme principal est le mal de poitrine. » « Autres symptômes ? », poursuit e-docteur. « Mal au dos. Pas de fièvre. La douleur augmente avec l'inspiration et les mouvements. »

Il n'en faut pas plus à la machine pour livrer son verdict : « Très forte probabilité d'une névralgie intercostale. Faible probabilité d'une fracture spontanée. » Le patient est invité à consulter un médecin dans les deux à trois heures. Un bon conseil, selon nos deux urgentistes. Le diagnostic, lui, est moins pertinent. « La névralgie intercostale est un diagnostic par élimination, lorsque vous n'avez rien trouvé d'autre. Le système n'a pas exploré les autres pistes. »

Symptôme : coma

Les tests s'enchaînent : grossesse extra-utérine, occlusion sur bride, ingestion de champignons vénéneux, hémorragie méningée, pronation douloureuse... E-docteur ne se montre pas plus perspicace. « Il ne pose pas les bonnes questions pour arriver au diagnostic, déplorent les praticiens. Si un patient se plaint du bras, il faut lui demander s'il arrive ou non à utiliser son membre. Ça ne suffit pas de le questionner sur l'intensité de la douleur. » Même constat concernant le mode d'installation. « La douleur est-elle apparue brutalement ou progressivement ? C'est souvent l'une des clefs du diagnostic. »

L'enchaînement des questions posées par e-docteur les laisse perplexes. « Lorsqu'un symptôme principal est établi, il faut en faire le tour, détailler les signes accompagnateurs, etc. » Au passage, les tests révèlent quelques maladresses, comme l'utilisation du terme « choc » au sens médical (et non pas contusion comme le comprend le patient) et quelques bizarreries, comme le symptôme « coma » qui apparaît au cours de l'interrogatoire... Ou ce patient de plus 60 ans à qui l'on diagnostique une allergie (bien tardive) au lait de vache.

Conclusion de nos spécialistes : e-docteur n'est pas encore prêt pour l'exercice médical sur le terrain. Mais il aurait une marge de progression. « Le système peut apprendre, autant de ses échecs que de ses succès. C’est pourquoi le retour diagnostic est essentiel », explique sur son blog le Dr Etienne, qui indique que le logiciel est testé aux urgences de l'hôpital Lariboisière, à Paris, où il espère collecter 20 000 cas de patients en un an. Une formation accélérée en quelque sorte. 

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
06.04.2014 à 19h19

« L'informatique est très à même de donner une excellente aide au diagnostic, en effet il faut corriger des signes, les associer et à partir de là explorer une base de données de diagnostic
ceci est Lire la suite

Répondre
 
06.04.2014 à 21h23

« Votre analyse est emplie de bon sens, si l'on parle d'une aide destinée au médecin, et d'un usage par le médecin. Mais dans le cas présent, nous parlons d'un site grand public ouvert à tous. Il suff Lire la suite

Répondre
 
08.04.2014 à 11h16

« Toutes les professions sont atteintes par la modernité et l'évolution. Evidemment, les privilégiés se sentent plus atteints que les ouvriers agricoles ou les personnes travaillant à la chaîne. Dans Lire la suite

Répondre
 
06.04.2014 à 13h03

« Après les bouquins de médecins, que l'on ne compte plus ( tellement que l'on peut se demander ce qu'ils font de leurs journées ces médecins là ), après les régulateurs ( invention de médecin, et qui Lire la suite

Répondre
 
06.04.2014 à 11h30

« Ah mais avec tout cela ce sera combien "LA MINUTE de BLABLA" et les "charges " et la "RETRAITE VIRTUELLE" ! »

Répondre
 
05.04.2014 à 22h26

« Je connais bien l'informatique où j'ai fait mes preuves. Je vous garantis que dans un délai très correct, cela fonctionnera très bien. L'énorme avantage de l'intelligence artificielle c'est qu'elle Lire la suite

Répondre
 
05.04.2014 à 22h51

« Ah oui ? Et le côté "manuel" du médecin, l'auscultation, la percussion, la palpation, les touchers pelviens ? »

Répondre
 
06.04.2014 à 10h39

« C'est vrai, il faudra peut-être un adjoint à l'ordinateur. Ces professionnels-là auront alors appris la modestie. »

Répondre
 
05.04.2014 à 13h59

« La e-médecine oui, mais à condition de passer par une INTERFACE : le cerveau d'un médecin. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter