Un deuxième bail pour Touraine malgré un bilan contrasté

Un deuxième bail pour Touraine malgré un bilan contrasté

02.04.2014
  • touraine

Ce sera l’une des 16 « guerrières » de ce gouvernement de combat. Le numéro 7 du gouvernement Valls. Marisol Touraine est reconduite aux Affaires sociales, un portefeuille au large périmètre, qui ne devrait pas la couper des réformes qu’elle pilote depuis deux ans, puisqu’elle conserverait également la Santé (même si l’intitulé ne figure pas officiellement dans la liste officielle, une première !).

Ceux qui la donnaient partante de la Santé, éventuelle carte de recours à la Défense, se sont fourvoyés. Un secrétaire d’État ou ministre délégué viendra peut-être l’épauler, que l’on imagine mal tourner le dos à sa stratégie nationale de santé. Une stratégie qu’elle a présentée au monde ces jours-ci, non sans fierté, dans les colonnes du « Lancet ».

En demi-teinte

Fallait-il garder Marisol Touraine ? Le pari est osé, avec une cote de popularité effritée dans le corps médical. Nombre de médecins, sans affection aucune, la surnomment volontiers « MST » : ils étaient 74 % d’insatisfaits mi-mars, selon un sondage du « Quotidien ».

La méthode Touraine divise. Beaucoup de missions, de groupes de travail, de forums régionaux (200 autour de la stratégie nationale de santé)... Pour l’instant, le pacte avec l’hôpital a échoué à restaurer la confiance. Les directeurs d’établissement, principaux appuis du gouvernement dans la conduite du changement, se sentent peu écoutés.

Le pacte territoire santé contre les déserts médicaux, avec davantage de succès, attire des généralistes en zone rurale - mais en nombre insuffisant. Un sentiment prédomine, celui d’un immobilisme voué à gagner du temps, faute de cap clair.

Les patients, eux, attendaient sans doute davantage en matière d’accès aux soins. La lutte contre les dépassements d’honoraires n’a que très partiellement abouti, avec le contrat d’accès aux soins de modération tarifaire. Le rapport Laurent sur le secteur privé à l’hôpital public a accouché d’une souris.

Ceux, parmi les professionnels de santé, qui tablaient sur une rupture franche avec la loi HPST, en sont pour leurs frais. Les agences régionales de santé (ARS) restent les maîtres d’œuvre en région de la politique de santé.

Feuille de route

À sa prise de fonctions, en mai 2012, la normalienne était précédée d’une réputation de bosseuse, brillante, compétente. Côté pile. « Techno », cassante et froide, côté face. Vingt-trois mois plus tard, le secteur lui reconnaît les mêmes qualités et les mêmes défauts mais Touraine arbore une assurance inébranlable.

Son bilan, elle le défend avec conviction. Les principaux leaders du monde de la santé ne demandaient d’ailleurs pas sa tête. « Changer de ministre nous ferait perdre un an et demi », déclarait le Dr Claude Leicher, président de Mg France, au « Quotidien » le 20 mars. De même, malgré l’impression que les cliniques ont été dénigrées, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée, Jean-Loup Durousset, ne souhaitait pas son départ.

Sa feuille de route sera toute tracée : faire voter la stratégie nationale de santé par le Parlement, puis la mettre en musique, sans heurt ni fracas. Pas de grand bouleversement, mais sans doute une réforme pas à pas, pour décloisonner le système, développer la prévention, faire travailler les professionnels en équipe.

La méthode Touraine n’a peut-être pas convaincu tout le monde. Mais elle a encore de beaux jours.

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
03.04.2014 à 08h25

« Où est le changement dans ce nouveau gouvernement ?
Rien ne changera pour nous médecins libéraux, nous allons vers le tiers payant à grands pas ! »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 02.04.2014 à 21h27

« Attention: mst n'est pas énarque elle est est normalienne mais "normale sup jeune fille" pas Ulm (ce qui est omis sur sa bio)
Désolé si cela vous déçoit dans votre envolée apologistique.
Je vais su Lire la suite

Répondre
 
02.04.2014 à 22h29

« RIAP ! Il serait temps de se battre sur point là .... »

Répondre
 
02.04.2014 à 20h17

« Ministre des affaires sociales et des mutuelles.
Poisson d'avril !!
Chef de cabinet Caniard !
Valls se fait manger par Hollande.
Hollande ne change pas.
Les mêmes incompétents aux mêmes postes !!
Lire la suite

Répondre
 
02.04.2014 à 17h20

« Ce n'est pas une bonne nouvelle pour la médecine de ville. Sans compter qu'elle va essayer de nous faire passer les mesures "d'étatisation" dont entre autres le tiers-payant intégral ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans son plan à 5 milliards d'euros pour la santé, le gouvernement mise sur les hôpitaux numériques

edouard Philippe

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a dévoilé ce lundi, les grandes lignes d'un plan d'investissement de 57 milliards d'euros d'ici à... 2

Bertrand Rossier (MSF) à Mexico : « Le tremblement de terre a généré beaucoup de superstitions »

mexico

Bertrand Rossier dirige les opérations de Médecins sans frontières au Mexique. Ses équipes parcourent la ville, en voiture pour apporter un... Commenter

Ces confrères et consœurs qui vous représenteront au Sénat

senat

Plusieurs médecins font leur entrée au Sénat ou ont été réélus, dimanche 24 septembre, lors du renouvellement de 170 des 348 membres de la... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter