Facebook et les médecins : ce que vous nous avez dit sur vos pratiques

Facebook et les médecins : ce que vous nous avez dit sur vos pratiques

22.03.2014
  • facebook

Les réseaux sociaux ne doivent pas s'immiscer dans les relations médecins-patients. Ce sont les lecteurs du « Quotidien » en ligne qui le disent. Vous avez été plus de 200 à répondre à un questionnaire sur votre usage de Facebook et de Twitter.

Près de la moitié d'entre vous ont reconnu utiliser régulièrement ces services de communication en ligne, très souvent à titre personnel, mais aussi pour échanger ou diffuser de l'information auprès d'autres praticiens. Et pour la grande majorité, la ligne de démarcation est claire : pas question d'entretenir des relations avec les patients par ce biais. Twitter n'apparaît pas plus adapté que Facebook au dialogue avec la patientèle malgré la plus grande facilité à canaliser la diffusion d'informations sur ce réseau.

« Nous devons garder une distance avec les patients pour rester maître de nos émotions lorsque nous sommes amenés à gérer des pathologies graves », justifie un médecin.

Le Conseil national de l'Ordre lui-même met en garde les praticiens qui doivent « refuser toute sollicitation de patients désireux de faire partie de [leurs] relations en ligne » afin de ne pas « compromettre la qualité de la relation patients-médecins qui doit rester celle de l’empathie et de la neutralité des affects ».

Contraint de prendre un pseudo

Les risques ne sont pas seulement déontologiques. Les professionnels redoutent les incursions dans leur vie privée. « Le patient n'a pas à rentrer dans la vie du médecin comme cela », résume un lecteur. Il s'agit bien de ne pas se faire déborder dans la vie réelle comme dans l'espace virtuel : « Il y a à mon sens des limites à ne pas dépasser sous peine de se faire phagocyter par nos patients. Prenez comme exemple ceux auxquels, dans un contexte d'urgence, vous avez donné votre portable ou votre mail, ils ne savent pas les utiliser avec modération et/ou respect de votre vie privée. »

Les praticiens résistent donc aux demandes de contact de leurs patients qui ne sont pas rares sur Facebook (et dans une moindre mesure sur Twitter). « J'ai refusé toutes les sollicitations et j'ai fini par prendre un pseudo », raconte cet utilisateur de Facebook, visiblement dérangé par la démarche insistante de ses patients. Ceux qui s'y sont risqués le regrettent : « C'était une erreur d'accepter deux patients comme amis virtuels. » 

« Gratifiant dans les échanges »

Les réseaux sociaux n'auraient donc aucun rôle à jouer dans les relations médecins patients ? Pas si sûr, estiment quelques uns d'entre vous, à condition, de pouvoir encadrer cet usage, voire de le limiter à un rôle institutionnel. Facebook pourrait servir de relais pour l'information, la prévention, l'éducation... « Pour modifier les comportements de masse du grand public et à condition qu'il n'y ait pas de conseil personnalisé », suggère l'un d'entre vous. 

Enfin, et ils sont ultra minoritaires, il y a ceux qui y voient un formidable outil au service du médecin. Facebook « permet de mieux appréhender le patient dans sa globalité. "Dis moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es " », justifie ce lecteur. « Gratifiant dans les échanges (surtout les patho lourdes... néo...) », relève ce praticien qui apprécie le feedback de ses patients à travers le réseau.

Mais là encore, vous y mettez des limites : « Le médecin doit apprendre à gérer les niveaux de confidentialité. La page Facebook est comme la salle d'attente de son cabinet, elle véhicule une image qui doit être professionnelle. » Prêt à transformer votre page Facebook en salle d'attente virtuelle ?

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
23.03.2014 à 07h36

« C'est quoi le QDM. Parlons en français ! »

Répondre
 
22.03.2014 à 23h18

« A noter tout de même que tout commentaire écrit sur le Q.D.M de façon nominative ressort sur "Google" si les patients tapent tout simplement votre nom, réflexion m'en a été faite ! ... Alors de quoi Lire la suite

Répondre
 
23.03.2014 à 19h03

« Erratum: j'ai loupé le numéro du questionnaire en question... »

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 24.03.2014 à 11h40

« Bonjour. Ce questionnaire était associé à un article publié sur le site du " Quotidien " (en lien dans l'article ci-dessus). Les réponses des lecteurs étaient collectées à travers un formulaire et n Lire la suite

Répondre
 
22.03.2014 à 16h30

« Il n'y a pas besoin de "faceboock" !Il Est dépassé et à besoin de redorer son image avant de se faire avaler car il a "trop écouté" et enregistré" n'est ce pas NSA !! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter