Baclofène : les psychiatres et la fédération addiction veulent faire sauter les restrictions de la RTU

Baclofène : les psychiatres et la fédération addiction veulent faire sauter les restrictions de la RTU

21.03.2014
  • 1395422202508601_IMG_126014_HR.jpg

S’ils sont globalement satisfaits de la publication de la recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du baclofène, un ensemble de syndicats de psychiatres hospitaliers et privés, épaulés par le Collège national pour la qualité des soins en psychiatrie (CNQSP) et le Collège national des universitaires de psychiatrie, ont toutefois pointé du doigt les « modalités complexes de cette RTU » dans un communiqué commun.

Au centre de leurs préoccupations : les avis recommandés au-delà de 120 mg/j et obligatoires au-delà de 180 mg. Au-delà de ce seuil, un avis collégial au sein d’un CSAPA (centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie) ou d’un service hospitalier spécialisé en addictologie est en effet demandé par la RTU qui interdit par ailleurs de dépasser les doses quotidiennes de 300 mg.

« Il nous paraît restrictif de limiter cet avis [...] aux Csapa et aux services hospitaliers spécialisés en alcoologies [...], dans la mesure où le baclofène est un médicament psychotrope que les psychiatres ont la capacité à prescrire par eux-mêmes », estiment les signataires du communiqué.

Des restrictions qui ne devraient pas s’appliquer aux psychiatres

Dans les contre-indications, la RTU insiste sur la « comorbidité psychiatrique (psychose, notamment schizophrénie, psychose maniaco-dépressive et dépression d’intensité sévère) ». Si ces contre-indications de précaution paraissent justifiées aux organisations signataires en ce qui concerne les non-spécialistes, elles jugent qu’elles « ne le sont plus lorsque le prescripteur est un psychiatre, capable d’apprécier l’équilibre bénéfice/risque. L’expérience montre que les patients pour lesquels l’ANSM contre-indique le baclofène y sont sensibles, et que ce traitement, malgré les effets secondaires psychiques qu’il peut entraîner, peut leur être fort utile, à condition que toutes les précautions d’utilisation soient observées et qu’une prise en charge étroite par un spécialiste en psychiatrie soit assurée. »

Ils estiment donc que si les psychiatres n’ont pas la possibilité de passer outre l’obtention d’un avis collégial d’un CSAPA, cela pourrait représenter une perte de chance pour les patients concernés. Ils demandent donc que la RTU soit modifiée en conséquence.

Prendre en compte les pratiques actuelles

Un peu plus tôt dans la semaine, la Fédération Addiction et MG addiction (un collectif de médecins généralistes sans liens avec MG France) ont également souhaité que « les particularités de prescription liées aux seuils de posologies fixés dans cette RTU [...] prennent en compte la pratique actuelle des médecins prescripteurs. »

Ils estiment en effet que l’avis collégial pour les prescriptions supérieures à 180 mg devrait être une recommandation et non une obligation. En outre ils demandent que le baclofène puisse être prescrit en première intention si le patient en fait la demande. « Est-il éthique de lui demander d’échouer avec les autres méthodes avant de réussir avec le baclofène ? » s’interrogent-ils.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
26.03.2014 à 10h18

« Ceux des psychiatres français qui sont fiers de refuser d'examiner physiquement leurs patients et sont nuls en pharmacologie et en médecine non psychiatrique - car intéressés seulement par la psy Lire la suite

Répondre
 
26.03.2014 à 01h25

« L'alcool tue mais combien sont nés grâce à lui ?
C'est en buvant n'importe quoi que l'on chope n'importe qui ! »

Répondre
 
21.03.2014 à 21h48

« Csapa ? Mais quand il est "contre" le baclofene ? On se croirait revenu au temps du début de la buprenorphine... Dans nos provinces, on peut tomber sur un csapa très traditionnel, avec un psychiatre Lire la suite

Répondre
 
21.03.2014 à 23h25

« Je ne savais pas qu'un psychiatre ne pouvait être qu'HP !!!
Qu'un CSAPA était une personne !!! Quelle méfiance dans vos propos, quand comprendrez vous que c'est cela qui tue le corps médical !!! »

Répondre
 
22.03.2014 à 20h19

« Bien sur il y a des psy hors HP, mais en l'occurrence le csapa ne peut pas les rémunérer... Tuer le corps médical ? Il se suicide tout seul depuis longtemps... L'important est de ne pas tuer les pat Lire la suite

Répondre
 
21.03.2014 à 20h42

« Est-il éthique de lui demander d’échouer avec les autres méthodes avant de réussir avec le baclofène ? » s’interrogent-ils. Est-il éthique de priver un patient jeune de la possibilité d'essayer de s Lire la suite

Répondre
 
21.03.2014 à 19h58

« " Pour les prescriptions supérieures à 180 mg devrait être une recommandation et non une obligation." La personne chronique lui il s'en fout complétement pourvu qu'il arrive à avoir sa dose de subst Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter