Pollution pendant la saison des cyprès et des bouleaux : un cocktail allergisant à Paris...

Pollution pendant la saison des cyprès et des bouleaux : un cocktail allergisant à Paris...

18.03.2014
  • 1395163667507302_IMG_125483_HR.jpg

Pluie et chaleur ont favorisé la pollinisation des cyprès et des bouleaux à Paris. S’y ajoute la pollution. Elle n’arrange rien. « Cela fait un mois que Paris est en risque allergénique 3 sur 5 pour les cyprès, un niveau élevé pour une saison pollinique » tient à signaler le Dr Marie-Laure Mégret-Gabeaud, allergologue responsable du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) pour la ville de Paris. A Paris, mais aussi dans le reste de la France une pluie abondante a fait prospérer les végétaux.

S’y est associée, une température élevée au moment de l’initialisation des bourgeons qui a favorisé la production de pollens. Certes pour le moment il est tôt pour un bilan, mais on peut néanmoins remarquer que les pollens de cyprès ont connu un pic très élevé, en particulier sur tout le pourtour méditerranéen. A Paris, le pollen le plus présent dans l’air est le cyprès, suivi de l’aulne, du noisetier et du peuplier. On attend le bouleau.

L’allergénicité des pollens dépend de leur caractère aérodynamique et du nombre de sites allergéniques de leur enveloppe. Les pollens les plus allergisants sont ceux de graminées, de bouleau et de cyprès.« Les taux actuels de pollens ne sont pas exceptionnels, mais la pollution abaisse le seuil de susceptibilité bronchique aux pollens. Les gens sont malades à cause de la pollution » précise Michel Thibaudon, directeur du RNSA.

Pollution aux poussières fines

La situation de pollution actuelle aux poussières fines est exceptionnelle. Elle favorise la symptomatologie actuelle : conjonctivites, crises d’asthmes, gène dans la vie quotidienne, baisse de la qualité de vie, troubles du sommeil. A plus long terme, elle contribue aux surinfections, aux troubles cardiaques et est oncogène. La pollution déstabilise les sujets fragiles : sujets âgés, enfants et les patients qui souffrent de troubles respiratoires (asthmatiques, allergiques, BPCO et insuffisants respiratoires).

Les asthmatiques réagissent à des seuils inférieurs à la population générale. La pollution actuelle majore surtout les allergies aux pollens. Elle irrite les voies respiratoires qui laissent passer plus facilement les pollens : ils progressent plus loin dans l’arbre respiratoire, jusqu’aux bronches, où ils peuvent déclencher des crises d’asthme. Le Dr Marie-Laure Mégret-Gabeaud recommande « aux sujets sensibles d’éviter tout d’effort (jogging...) pendant ces pics de pollution et de pollinisation : le rythme respiratoire est plus rapide, on respire beaucoup plus de pollens... »

L’effet de la pollution sur les pollens

La pollution agit sur les pollens. Elle fragilise l’exine, envelope externe des pollens. « Sous l’effet de traumatismes minimes provoqués par un contact avec le sol, les murs... l’exine fragilisée libère plus facilement des microparticules allergéniques qui n’ont aucun obstacle sur les voies respiratoires. Elles déclenchent par conséquent plus facilement des crises d’asthme. Par ailleurs, les poussières fines de la pollution enrobent l’exine. Elles lissent ainsi les aspérités naturelles de l’exine. Le pollen qui normalement s’accroche sur les herbes, le sol..., reste beaucoup plus facilement en suspension dans l’air, et contribue à l’augmentation actuelle des symptômes » explique le Dr Marie-Laure Mégret-Gabeaud.

Les pollens les plus allergisants sont ceux de graminées, de bouleau et de cyprès. La situation actuelle problématique provient d’une pollution au moment de l’éclosion de deux pollens très allergisants: les cyprès et les bouleaux...

Signalons sur le site pollens.fr du RNSA la carte de vigilance de la France (bandeau droit de la page d’accueil). Elle donne accès région par région aux risques allergiques. Et la Journée française de l’Allergie, ce mardi 18 mars.

D’après un entretien avec le Dr Marie-Laure Mégret-Gabeaud, médecin responsable du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) pour la ville de Paris et Michel Thibaudon, directeur du RNSA

Dr Sophie Parienté
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Raphaël L Médecin ou Interne 19.03.2014 à 13h19

« À la dernière ligne du test, c'est "la Journée française de l'Algérie" ou de "l'Allergie" ? »

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 19.03.2014 à 14h40

« Petite coquille... Merci de nous l'avoir signalée. La rédaction. »

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 19.03.2014 à 13h18

« C'est pour ça que les véhicules pairs sont interdits à Paris ? ;)))) »

Répondre
 
19.03.2014 à 01h53

« Une bénédiction pour les fabricants d'antihistaminiques aux effets limités (sauf sur l'allongement du QT et la vigilance). »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter