Avastin : bientôt un décret pour une RTU économique dans la DMLA

Avastin : bientôt un décret pour une RTU économique dans la DMLA

10.03.2014
  • 1394472028504951_IMG_124817_HR.jpg

Le ministère de la Santé confirme avoir transmis au Conseil d’État le qui permettrait, à terme, aux ophtalmologistes d’utiliser l’Avastin dans le traitement de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Le projet de décret en lui-même « n’autorise pas l’utilisation d’Avastin, ni d’aucun autre médicament en particulier », a précisé le ministère de la Santé à l’AFP après une information donnée par le « Parisien ».

Il s’agit d’un décret d’application de la loi de financement de la sécurité sociale de 2013 qui précise « les conditions dans lesquelles l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et la Haute autorité de santé (HAS) pourront autoriser l’utilisation de certains médicaments dans le cadre de RTU (recommandations temporaires d’utilisation) pour motif économique ».

Une enquête de la DGCCRF

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pourrait ainsi autoriser les prescriptions de l’Avastin pour motifs économiques. L’agence par la voix de Claude Pigement, vice-président du Conseil d’administration, a indiqué vendredi 7 mars que, sous réserve de la parution d’un tel décret, rien ne s’opposait à la « mise en œuvre d’une RTU à caractère économique pour l’Avastin dans le traitement de la DMLA ».

Claude Pigement indiquait par ailleurs que devaient être pris en compte pour la mise en œuvre de cette RTU : le respect des bonnes pratiques de fabrication pour garantir la protection contre les risques infectieux ; l’information du patient sur tous les risques éventuels.

Quant à une éventuelle entente entre Roche et Novartis, condamnés en Italie à 182,5 millions d’euros pour avoir « conclu un accord illicite pour empêcher l’utilisation » de l’Avastin dans cette indication au profit du Lucentis, le ministère de la Santé confirme également avoir « adressé fin 2012 un courrier » au ministre de l’Économie Pierre Moscovici, dans l’objectif de saisir l’Autorité de la concurrence. Une enquête est actuellement en cours.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
11.03.2014 à 21h04

« Non, mais ce n'est pas croyable! Et l' on nous enquiquine dans le rosp pour la prescription de génériques !! A bas la technostructure qui nous étouffe !
UN MG écœuré »

Répondre
 
11.03.2014 à 19h08

« Enfin, ça a pris du temps !!
ophtalmo »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 2

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 10

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter