Touraine crée un statut médical de sage-femme des hôpitaux mais n’éteint pas la colère

Touraine crée un statut médical de sage-femme des hôpitaux mais n’éteint pas la colère

04.03.2014
  • sages femmes

Marisol Touraine a détaillé ce mardi matin plusieurs mesures visant à répondre à la demande de reconnaissance des sages-femmes hospitalières et libérales, en grève pour une partie de la profession depuis quatre mois et demi.

La ministre de la Santé a annoncé la création d’un « statut médical de sage-femme des hôpitaux ». Contrairement au praticien hospitalier (PH), ce nouveau statut sera instauré dans la fonction publique hospitalière. Selon Marisol Touraine, il permet « la reconnaissance du caractère médical de la profession » et répond donc aux attentes des grévistes. « La gestion des sages-femmes va relever directement de la direction en charge du personnel médical, a détaillé la ministre. Les cadres paramédicaux n’auront plus d’autorité sur les sages-femmes, en aucun cas. Ce statut renforcera aussi la représentation des sages-femmes au sein des commissions médicales d’établissement. »

Interrogée sur les raisons de ce choix, la ministre a rappelé que « les sages-femmes doivent obtenir un statut médical mais ne sont pas des médecins ».

Pilote des nouvelles unités fonctionnelles

Leurs compétences seront mieux identifiées, promet aussi Marisol Touraine. À l’hôpital, la ministre souhaite mettre en place, en guise de reconnaissance, une cotation spécifique des actes réalisés en propre par les sages-femmes (rendant plus visible leur contribution à l’activité hospitalière).

La profession pourra piloter les nouvelles unités physiologiques inscrites dans le projet médical d’établissement, après accord avec les médecins. « C’est la première fois que cette responsabilité pourra être attribuée à une sage-femme », a assuré Marisol Touraine.

Les sages-femmes hospitalières exerçant à temps plein auront la possibilité de bénéficier des missions d’intérêt général lors de vacations en ville, dans les réseaux périnatalité, en services de protection maternelle infantile (PMI), en maison de santé pluridisciplinaire, etc. Les programmes de recherche clinique et médicoéconomique leur seront également ouverts.

Concertation sur la revalorisation en avril

Marisol Touraine a aussi rappelé son « engagement » dans le processus de revalorisation de la rémunération des sages-femmes. « Une concertation sous l’égide de la direction générale de l’offre de soins (DGOS) va s’ouvrir en avril, dont je souhaite qu’elle aboutisse dans un délai extrêmement rapide », a-t-elle assuré.

Concernant la formation, la qualité de maître de stage sera « consolidée » et les conditions de vie de l’étudiant en maïeutique « améliorées » par une meilleure protection sociale et une rémunération alignée sur celles des étudiants en médecine de 4e et 5e année, a dit Marisol Touraine.

Enfin, une campagne de communication en direction du grand public sur le rôle et la place des sages-femmes dans le système de santé sera lancée dans l’année.

Déception

Pilote du groupe de travail sur le statut des sages-femmes à l’hôpital, Édouard Couty affirme « avoir tout mis sur la table » depuis l’ouverture des discussions, il y a trois mois. Le magistrat justifie la décision de ne pas avoir ouvert le statut de PH aux sages-femmes du fait que « contrairement aux médecins, pharmaciens et chirurgiens, elles n’ont pas affaire à des malades ».

Cet arbitrage devrait satisfaire les représentants des praticiens hospitaliers, profondément opposés à cette revendication des sages-femmes, et une partie des sages-femmes, pour qui la sortie de la fonction publique aurait été synonyme de précarité.

En revanche, pour beaucoup de professionnelles, et leur collectif de défense dont la revendication principale était l’obtention d’un statut de PH, c’est la douche froide. Membre du collectif, Adrien Gantois assure que le nouveau statut médical n’est qu’une « petite paillette » à côté du statut de PH, qui aurait apporté une « véritable autonomie à la profession ». « À partir du moment où l’on reste dans la fonction publique, on ne peut qu’être mécontent de toutes les autres mesures qu’on nous propose », argumente-t-il, déçu.

Une nouvelle assemblée générale dans les jours qui viennent devrait décider de la suite à donner au mouvement. À Rennes, les sages-femmes grévistes ont déjà annoncé une opération escargot ce mardi après-midi sur la rocade de la ville.

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 45 Commentaires
 
08.03.2014 à 05h27

« Il est désolant de constater que de nombreux gynécologues (et leur représentant syndical) puissent se battre contre une autre profession. Peut-être une peur de la concurrence?! Peur que les sages-fe Lire la suite

Répondre
 
08.03.2014 à 19h27

« Vous avez tout compris ! Merci infiniment pour votre ouverture d'esprit et pour avoir vraiment compris nos revendications, si seulement vos collègues pouvaient vous suivre... »

Répondre
 
06.03.2014 à 07h52

« Pauvres sages-femmes avec un salaire débutant à 1920 euros bruts et de 3820 euros en fin de carrière, avec une retraite à 60 ans. Un infirmier anesthésiste ou une infirmière de bloc sont autant spéc Lire la suite

Répondre
 
06.03.2014 à 09h57

« Une infirmière ne passe pas le concours de médecine, c'est ce concours qui est le plus difficile à avoir. Ceux qui le réussissent peuvent faire 5, 6, 7...9 ans d'études sans problème mais le cursus Lire la suite

Répondre
 
06.03.2014 à 10h30

« Salaire débutant infirmier anesthésiste 1800 euros.
Sage femme 1600 euros brut.
Renseignez-vous !
Je ne pense pas qu 'avec le niveau de vie que vous confèrent vos revenus de médecin vous soyez en me Lire la suite

Répondre
 
05.03.2014 à 15h38

« L'attribution du qualificatif "médical" à une profession ne relève pas d'une opinion mais d'une définition législative inscrite au code de santé publique Article L4151-1
Modifié par LOI n°2011-814 d Lire la suite

Répondre
 
05.03.2014 à 12h37

« La sage femme est une auxiliaire précieuse à condition qu'elle le reste...auxiliaire...
Lorsqu'elles prendront la responsabilité de faire des forceps et des césariennes, on en reparlera de leur stat Lire la suite

Répondre
 
05.03.2014 à 15h21

« Et quelles sont leurs responsabilités ? »

Répondre
 
05.03.2014 à 15h52

« Un auxiliaire médical exerce uniquement sur prescription. Un accouchement aussi eutocique soit-il ne peut, jusqu'à preuve du contraire, s' exécuter sur prescription !
Cet acte médical implique une Lire la suite

Répondre
 
05.03.2014 à 12h21

« Je ne comprends pas très bien toutes ces subtilités. C'est quoi une profession médicale ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 5

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 2

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter