L’hôpital Sud Francilien sort du PPP et de la crise

L’hôpital Sud Francilien sort du PPP et de la crise

27.02.2014

Les négociations couraient depuis un an, discrètement. Le centre hospitalier sud francilien (CHSF) et le groupe Eiffage sont parvenus à un accord pour mettre un terme au bail qui les lie durant 35 ans.

Ce partenariat public privé (PPP) conclu en 2006 était censé courir jusqu’en 2041. Il s’agit du plus gros PPP engagé dans le secteur hospitalier, accusé d’entraîner surcoûts et lourdeurs de gestion.

Les instances internes de l’hôpital (CME, CTE, conseil de surveillance) se prononceront mi-mars sur le scénario proposé. Si la sortie de crise se trouve validée, le CHSF redeviendra propriétaire de ses murs dès 2015. Il réintégrera dans le même temps la maintenance et l’exploitation. Et il cessera de verser un loyer à Eiffage (48 millions d’euros en 2014).

Jusqu’à 700 millions d’euros d’économie

L’économie pour la puissance publique est comprise entre 600 et 700 millions, selon les calculs du CHSF. Pour mettre un terme à tous les litiges en cours, l’hôpital fera un chèque de 80 millions d’euros au constructeur. Le géant du BTP, en retour, s’engage à réparer certains bâtiments dégradés, et renonce aux 194 millions d’euros qu’il exigeait dans le cadre d’un contentieux.

Après des années de crise et de tension sociale, le CHSF souffle enfin. Le maintien du PPP « menaçait à court terme le bon fonctionnement et le développement de l’hôpital », estime la direction hospitalière, qui table sur une adaptation aux nouvelles prises en charge plus rapide à l’avenir.

Soulagement de la CGT et de la FHF

Projets surdimensionnés, mal pilotés, trop coûteux... : la Cour des comptes a récemment critiqué avec force la façon dont la France a lancé des PPP hospitaliers (une cinquantaine en tout). La fédération CGT santé se félicite de la prochaine sortie du PPP pour le sud francilien, et réclame qu’il soit mis un terme à d’autres PPP, notamment à Saint-Nazaire.

La Fédération hospitalière de France (FHF) se félicite aussi de la nouvelle : « Cette mesure est un moindre mal, économe des deniers publics à moyen terme, étant données les obligations qui pesaient sur l’établissement sur une très longue période ». Estimant que le PPP peut être pertinent dans certaines circonstances, la FHF « souhaite que les PPP soient désormais utilisés avec pragmatisme et sans idéologie, en refusant le dogme d’une gestion privée qui serait systématiquement plus efficace que la gestion publique ».

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
01.03.2014 à 15h09

«Pour 1 de sorti combien vont fermer ?»

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter