Des cas de syndrome polio-like identifiés en Californie

Des cas de syndrome polio-like identifiés en Californie

26.02.2014
  • 1393422920501527_IMG_123765_HR.jpg

    Des cas de syndrome polio-like identifiés en Californie

Un mystérieux syndrome polio-like a été trouvé chez 5 enfants en Californie sur une période d’un an. Une communication sur ce groupe de cas va être présentée au 66e Congrès Annuel de l’American Academy of Neurology (Philadelphie) au mois d’avril prochain.

« Le poliovirus a été éradiqué pratiquement de toute la planète. Toutefois, d’autres virus peuvent attaquer la moelle épinière conduisant à des syndromes polio-like », indiquent les auteurs, Keith Van Haren et coll. (Université de Californie, San Francisco). Ces nouveaux cas indiquent la possibilité d’une émergence d’un syndrome polio-like infectieux, selon les auteurs.

Les auteurs ont remarqué les cas dans leurs centres de soins, puis fait une recherche en Californie. Les enfants ayant une paralysie affectant les membres, avec des anomalies de la moelle épinière à l’IRM ont été inclus (en excluant les syndrome de Guillain Barré et le botulisme). Les enfants avaient tous été vaccinés contre la poliomyélite. Un entérovirus-68 a été identifié chez deux des enfants et aucune cause spécifique n’a été trouvée chez les 3 autres. En dépit du traitement, l’affaiblissement fonctionnel des membres a persisté.

Des entérovirus génétiquement peu stables

Interrogé par « le Quotidien », le Dr Francis Delpeyroux (Unité de biologie des virus entériques, INSERM/Institut Pasteur), explique que les entérovirus font partie du groupe des virus de la poliomyélite. Ils sont parfois impliqués dans des cas d’encéphalites et peuvent provoquer des paralysies irréversibles. Mis à part le poliovirus en voie d’éradication ou l’entérovirus 71, virus endémique qui sévit essentiellement à l’heure actuelle dans les pays du Sud-est asiatique, les autres entérovirus ne sont que très rarement impliqués dans des maladies graves.

Cependant, comme tous virus, ces entérovirus ne sont pas génétiquement stables et des phénomènes de mutation ne sont pas exclus. « Certains variants pourraient ainsi devenir plus pathogènes. Il n’est pas exclu que des variants de l’entérovirus 68 soient devenus paralytogènes et soient à l’origine des cas de syndrome polio-like rapportés en Californie. Trop peu d’éléments soutiennent encore cette hypothèse », conclut le Dr Delpeyroux.

Dr Béatrice Vuaille
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Malgré son potentiel, la télémédecine reste « embryonnaire »

cour comptes 2

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, la Cour des comptes formule plusieurs recommandations au sujet de la télémédecine*,... Commenter

Lévothyrox : des avocats toulousains lancent une action collective contre Merck

levothyrox

Défaut d’information et préjudice d’angoisse. Voilà les deux chefs d’accusation que trois avocats toulousains comptent plaider devant le... Commenter

Internat : l’ophtalmologie très prisée, la médecine générale et la gériatrie à la peine

choix de postes

7 977 étudiants en médecine (CESP inclus) en ont fini avec leur choix de spécialité d’internat et de CHU d’affectation. La procédure a pris... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter