L’Académie de pharmacie demande le retour de la vente exclusive des auto-tests de grossesse dans les officines

L’Académie de pharmacie demande le retour de la vente exclusive des auto-tests de grossesse dans les officines

24.02.2014
  • 1393251047500743_IMG_123578_HR.jpg

Le projet de loi sur la consommation qui permet la vente des tests de grossesse en dehors des officines et qui a été voté par le Parlement en décembre dernier continue à susciter désapprobation et réticence de la part des pharmaciens. Après les syndicats (Fédération des syndicats pharmaceutiques français et Union des syndicats des pharmaciens d’officines) qui s’étaient largement exprimés au moment des discussions parlementaires, c’est au tour de l’Académie nationale de pharmacie d’affirmer son profond désaccord et de demander « le maintien de la vente exclusive des autotests de grossesse dans le circuit officinal ».

Les tests de grossesse« sont parmi les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro en libre accès, ceux pour lesquels le conseil du pharmacien est le plus précieux », expliquent les académiciens dans un communiqué.

Les femmes très jeunes et précaires

L’Académie considère que les arguments sur lequel repose cette loi sont « non seulement fallacieux mais dangereux pour la santé publique, plus particulièrement pour les femmes très jeunes en désarroi ou en situation précaire ».

Pour cette population, l’Académie considère que l’information sur la notice et l’emballage ne peut suffire pour garantir la sécurité de l’usage de ces tests - une information personnalisée s’impose. Elle rappelle qu’un risque de test faussement négatif existe si l’examen est pratiqué trop précocement avec pour conséquence, « une découverte tardive de la grossesse et le recours à un avortement, beaucoup plus lourd psychologiquement et coûteux ».

En dehors de cette population particulière, l’achat de tests se fait pour toutes les femmes « dans une période d’incertitude qui appelle un conseil et une réponse aux questions et aux angoisses en cas de test positif », ajoute l’Académie.

La perte d’un interlocuteur « professionnel de santé et de terrain » est donc, selon l’Académie, un « recul important » en matière de santé publique qui en conséquence, demande « le retour aux dispositions antérieures ».

La loi sur la consommation a été adoptée définitivement par l’Assemblée nationale le 13 février dernier. Une saisine du Conseil constitutionnel a été déposée par au moins 60 sénateurs et 60 députés le 17 février.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
25.02.2014 à 19h20

« Nous avons la chance d'avoir un circuit officinal remarquable. Il faut le conserver ! Cette décision est un mauvais coup porté contre la pharmacie en général pour permettre que d'autres mauvais c Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La multimorbidité devrait doubler chez les personnes âgées d’ici 2035, en Grande-Bretagne

agees GB

D’après une étude parue dans « Age and Ageing », le journal de la Société britannique de gériatrie, le nombre de personnes âgées souffrant... 1

L'agence du DPC lance un dispositif de signalement pour mieux contrôler la qualité des actions

dpc

Le développement professionnel continu (DPC) est sur de bons rails. Selon l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC)... 1

Décès brutal d’un interne au CHU de Strasbourg

Abonné
chu strasbourg

Le centre hospitalier universitaire de Strasbourg a confirmé au « Quotidien » le décès d’un interne en médecine générale, survenu mercredi... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter