Les lactates, un pont entre sport et bien-être

Les lactates, un pont entre sport et bien-être

12.02.2014
  • 1392198626497405_IMG_122629_HR.jpg

    Les lactates, un pont entre sport et bien-être

Les lactates ne seraient pas qu’une source d’énergie, mais auraient également un effet sur les neurones noradrénergiques, selon les travaux de Feige Tang, de l’université de Bristol et de ses collègues. Ils ont en effet observé in vitro une plus grande fréquence de potentiels d’action produits par les neurones noradrénergiques lorsque ces derniers étaient en contact avec des astrocytes produisant des sels d’acide lactiques.

Une autre expérience a consisté à injecter des neurones noradrénergiques avec une solution d’ATP. L’absence de réaction constatée a conforté les chercheurs dans l’idée que l’excitation des neurones noradrénergiques, lors de la première expérience, n’était pas due à une augmentation de l’apport énergétique provoqué par les lactates. Il s’agissait donc d’une réaction induite par un récepteur au lactate présent à la surface des neurones, un récepteur qui reste à découvrir.

La noradrénaline au cœur de nombreux mécanismes comportementaux

Via cette hausse du nombre de potentiels d’action, l’acide lactique améliorerait le relargage de la noradrénaline. Or, ce neuromédiateur est très impliqué dans la modulation de la transmission des afférences sensorielles vers les aires associatives du cortex. Les neurones noradrénergiques jouent donc un rôle important dans la perception de notre environnement en agissant notamment sur l’aire tegmentale ventrale, la zone où se situent les corps cellulaires des neurones à dopamine responsable d’assurer le bon fonctionnement des circuits de la récompense et du plaisir.

La production du lactate est favorisée par l’activité physique, ce qui expliquerait le lien qui existe entre l’exercice physique et le bien-être. Ces résultats pourraient ouvrir la voie à de nouveaux modes d’action pharmacologique, notamment en ce qui concerne le traitement de la dépendance. La découverte des chercheurs de l’université de Bristol pourrait aussi avoir des répercussions dans la compréhension de la réponse au stress, de la motivation et du contrôle de la pression sanguine.

Lactate-mediated glia-neuronal signalling in the mammalian brain, Nature Communications, publication en ligne du 11 février

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter