Le remboursement des audioprothèses, enjeu de santé publique

Le remboursement des audioprothèses, enjeu de santé publique

12.02.2014
  • 1392225649497512_IMG_122668_HR.jpg

    Le remboursement des audioprothèses, enjeu de santé publique

Le retard français en matière de remboursement des audioprothèses entraîne un sous-équipement qui a des répercussions importantes sur le déclin cognitif et des risques accrus d’entrée en dépendance d’une partie de la population.

Sur les 6 millions de malentendants en France, seul 1,5 million est appareillé alors que 2,5 à 3 millions devraient l’être. Un état de fait que le Dr Jean-Michel Klein, Président du Syndicat national des spécialistes en ORL et Chirurgie cervico-faciale (SNORL), impute à deux facteurs clairement identifiés : le coût des audioprothèses associé à un très faible niveau de remboursement et la peur de la stigmatisation liée à une image dévalorisante de l’appareillage auditif.

Malgré des avancées technologiques incontestables et des progrès en termes de design et de confort, ces freins psychologiques ne correspondent pas à la réalité de ces produits de haute technologie à la fois discrets et efficaces. Pour le Dr Klein, « il est urgent de casser ces clichés qui associent les aides auditives à des attributs du troisième âge ». Autant de réticences sociales associées à d’importants freins économiques qui ont des conséquences graves sur la santé.

Déclin cognitif, dépression et isolement

La principale cause de survenue de problèmes d’audition est l’âge. Le Pr Bruno Frachet, chef de service ORL de l’hôpital Rothschild à Paris, rappelle que les premiers signes de presbyacousie surviennent aux alentours de 60 à 65 ans et sont marqués « par des difficultés de compréhension dans un environnement bruyant ». Alors qu’il serait important d’intervenir dès ce moment, il déplore une latence beaucoup trop importante : « Il s’écoule en moyenne entre 7 et 10 ans entre les premières alertes et l’appareillage effectif de la personne. »

Ce retard n’est pas sans conséquence. « À 70 ans, une personne qui accuse une perte de 25 dB est considérée comme ayant le même état cognitif qu’une personne de 77 ans », explique le Pr Frachet qui rappelle que des études montrent une corrélation entre vieillissement et déclin cognitif. De plus en plus isolée, la personne multiplie également les risques de développer une dépression ainsi que des problèmes de mobilités, puis des problèmes mnésiques aux conséquences parfois très lourdes.

1 000 euros à la charge des patients

En France, l’Assurance maladie rembourse 120 euros par appareil et les complémentaires santé en moyenne 350 euros pour un coût moyen de 1 535 euros. Le reste à charge pour les patients adultes est donc de plus de 1000 euros. Une situation qui dénote fortement de celle en vigueur chez nos voisins, comme le rappelle Luis Godinho, président du Syndicat national des audioprothésistes (Unsaf) : « Les remboursements pratiqués en Belgique (660 euros), en Italie (600 euros) ou en Allemagne (840 euros) sont sans commune mesure avec ceux observés en France .»

Dans un rapport de septembre dernier, la Cour des comptes a ainsi proposé un transfert de remboursement « au bénéfice d’autres priorités de santé publique et notamment les audioprothèses ». En octobre, l’IGAS a pour sa part demandé une revalorisation « prioritaire concernant les prothèses auditives dont la prise en charge est […] fortement déconnectée de la réalité économique ».

Enfin, le HCAAM déplore dans son rapport de décembre 2013, « les défauts de prise en charge » des prothèses auditives. Reste à convaincre les Caisses qu’une revalorisation du remboursement est bien à terme une mesure rentable.

Benoît Thelliez
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 5

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... Commenter

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 1

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter