Baisse tarifaire en vue : les cliniques ripostent

Baisse tarifaire en vue : les cliniques ripostent

04.02.2014
  • 1391534914494892_IMG_121913_HR.jpg

    Baisse tarifaire en vue : les cliniques ripostent

Le gouvernement devrait décider de l’évolution des tarifs hospitaliers ces jours-ci. Convaincue qu’une nouvelle baisse se profile dans le secteur privé, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) montre les muscles et riposte en trois temps. Elle appelle les cliniques à ne plus former d’infirmiers à partir du 1er mars. Elle suspend ses efforts en direction de l’emploi (3 000 créations de postes étaient envisagées en 2014). Et elle prépare diverses actions en justice, pour casser le monopole de certains hôpitaux publics.

Jean-Loup Durousset cite le cas de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), où l’unique clinique privée a fermé l’an dernier après avoir perdu une autorisation. L’hôpital de la petite ville, selon le président de la FHP, n’est pas en mesure de récupérer l’intégralité de l’activité de la clinique. Le taux de fuite se serait accru, certains habitants allant se faire opérer à Mâcon, ou à Montceau-les-Mines. « Le coût des transports assumé par la collectivité a considérablement augmenté », déplore Jean-Loup Durousset.

Environ 100 millions d’euros de manque à gagner

Lamine Gharbi, le président de la FHP-MCO, est vent debout contre la dégressivité tarifaire votée par le Parlement dans la dernière loi de financement de la Sécurité sociale. Une mesure qui ciblera, il en est persuadé, avant tout les cliniques privées. Et de sortir la calculette : « Cette dégressivité entraînera une baisse tarifaire comprise entre 0,1 % et 0,5 % pour les cliniques MCO les plus dynamiques, celles dont le chiffre d’affaires dépasse les 4 %. Cumulée avec la baisse de 0,49 % qui se profile en récupération du CICE [crédit d’impôt compétitivité emploi], et à la baisse de 0,35 % de mise en réserve avec le coefficient prudentiel, on se dirige donc vers une baisse de nos tarifs d’environ 1 %. Les cliniques MCO devront faire autant qu’en 2013, avec environ 100 millions d’euros en moins, et des charges en hausse. »

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
05.02.2014 à 23h28

« Nos dirigeants ne souhaitent pas que les citoyens puissent trouver un médecin disponible dans la clinique locale pour les recevoir en consultation à 20h. Ils préfèrent les voir partir faire la route Lire la suite

Répondre
 
05.02.2014 à 11h10

« C'est bien, de le découvrir seulement aujourd'hui ! Puis-je vous rappeler que nous sommes en République socialiste depuis bientôt 2 ans... »

Répondre
 
05.02.2014 à 10h28

« Serions-nous dans un pays communiste? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... 2

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la... 7

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 38

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter