Des centaines de professionnels ont défilé pour assurer l’avenir de la PMI

Des centaines de professionnels ont défilé pour assurer l’avenir de la PMI

30.01.2014
  • 1391102170493558_IMG_121475_HR.jpg

À Paris (700 manifestants selon les organisateurs), mais aussi à Rennes, Périgueux, Marseille, Lille… des sages-femmes, puéricultrices, éducatrices ou encore psychologues ont rejoint ce jeudi en nombre les médecins de PMI en colère. Objectif : obtenir des mesures d’urgence pour assurer l’avenir de la protection maternelle et infantile.

« Dans beaucoup de départements, les PMI ne fonctionnent plus qu’avec des équipes réduites de moitié alors que nous faisons face à des situations de plus en plus difficiles, explique ce médecin de PMI des Hauts-de-Seine, écœuré du peu d’intérêt des élus pour ces services. Pour les vaccinations, nous ne sommes plus en mesure de nous occuper des enfants au-delà de 18 mois, car on ne peut plus les accueillir et on nous demande de trier les gens à l’arrivée pour renvoyer vers les cabinets de ville les assurés sociaux qui disposent d’une mutuelle. »

Parfois le seul recours

Une consœur de Seine-Saint-Denis renchérit : « Il y a de plus en plus de gens vulnérables et de moins en moins de médecins libéraux. Les PMI sont les seuls services à assurer ce maillage indispensable autour de l’arrivée d’un bébé. » Une sage-femme précise « qu’au moment où il s’agit de faire sortir les jeunes mamans des maternités deux ou trois jours après l’accouchement, les PMI sont souvent leur seul recours en attendant de pouvoir rencontrer un pédiatre, ce qui peut prendre deux ou trois mois. »

En réclamant un « plan d’urgence » pour favoriser les recrutements et maintenir dans tous les départements des services de PMI dirigées par des médecins, les organisateurs de ce mouvement inédit veulent dénoncer les inégalités d’accès à la PMI. Plus de 56 départements se trouvent sous les normes des consultations infantiles.

Filet de sécurité

Le Syndicat national des médecins de PMI (SNMPMI) a demandé à Marisol Touraine de créer une instance nationale (familles, professionnels concernés...) et de lancer une grande politique en faveur des enfants et des adolescents (prévention, visites, bilans de santé, actions médico-sociales), à la faveur de la stratégie nationale de santé.

À Lille, une manifestante explique l’impasse actuelle dans laquelle la PMI est engagée. « Les conseils généraux considèrent trop souvent que nous ne prenons en charge que les petits maux de santé ; et pour les ARS, nous ne sommes pas dans le médical "dur". Cela commence à bien faire, car notre rôle consiste à maintenir un filet de sécurité devenu essentiel pour prendre en charge les petits, les enfants et leurs parents de plus en plus fragiles. »

Laurence Mauduit
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 18 Commentaires
 
06.02.2014 à 11h50

« Vous avez sans doute tous raison, mais à mon échelle, je constate simplement que la PMI de mon village ne sert à rien, coûte cher, détourne ma patientèle bien portante… de mamans toutes contentes de Lire la suite

Répondre
 
31.01.2014 à 06h57

« La médecine ne consiste pas exclusivement à soigner des pathologies infectieuses en dehors des heures ouvrables. Il faut beaucoup de frustration dans l'exercice de votre profession pour tenir ces pr Lire la suite

Répondre
 
31.01.2014 à 11h32

« Je suis MG libéral mais j'ai remplacé en PMI : c'est vrai, les missions ne sont pas les mêmes, chacun devrait avoir sa place. Bien confraternellement. »

Répondre
 
31.01.2014 à 00h14

« L'art de valoriser les assistants sociaux, au détriment de la vraie médecine. »

Répondre
 
31.01.2014 à 11h32

« C'est plus compliqué que ça. (MG libéral) »

Répondre
 
06.02.2014 à 01h12

« L'exercice de la médecine dans un service de Protection maternelle et infantile est une vraie médecine, centrée sur l'enfant et prenant en compte l'intégralité du contexte de vie de l'enfant. Il s'a Lire la suite

Répondre
 
30.01.2014 à 23h43

« Le travail de la PMI n'est pas de soigner, elle est là pour la prévention, le dépistage chez l'enfant de 0 à 6 ans, l'éducation des mères, le suivi psycho-social des familles. Croyez-moi, chers conf Lire la suite

Répondre
 
31.01.2014 à 11h42

« En libéral on ne fait pas que de l'aigu, du doliprane et des antibiotiques !! Cependant, les missions de la PMI diffèrent en effet des nôtres, et je pense que chacun peut avoir sa place. En ce qui m Lire la suite

Répondre
 
30.01.2014 à 21h47

« Quel est le coût de revient d'une consult en PMI ? A rapprocher d'une consult de médecine de ville ! ... »

Répondre
 
31.01.2014 à 09h29

« Propos complètement déplacé car ignorant des différences de missions et de populations visées »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 3

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter