En Picardie, 700 médecins à trouver d’ici à 2020

En Picardie, 700 médecins à trouver d’ici à 2020

29.01.2014
  • 1391007814493130_IMG_121358_HR.jpg

1 440 généralistes exerçaient en Picardie au 1er janvier 2011. Près de la moitié de cet effectif devra être renouvelé d’ici à 2020 si la région veut maintenir l’offre de soins actuelle, qui permet de répondre aux besoins de la population. C’est le constat établi par l’agence régionale de santé de Picardie, à partir des données et des projections de l’Insee (lire l’étude au format PDF).

« Les besoins à venir sont de deux ordres, écrit l’ARS. Le remplacement des nombreux départs à la retraite et, dans une moindre mesure, les conséquences des évolutions démographiques, principalement la croissance et le vieillissement de la population. » Le constat n’est donc pas favorable. La Picardie est déjà « l’une des régions les moins bien pourvues en médecins, et en particulier en généralistes ». L’âge moyen des praticiens y est de 54,5 ans, au dessus de la moyenne nationale (53 ans). Et 41% d’entre eux étaient âgés de plus de 55 ans en 2010.

Des mesures pour faciliter l’installation

L’ARS anticipe que les départs à la retraite devront être compensés par l’arrivée de 590 généralistes tandis que la croissance démographique (2,6 % entre 2010 et 2020) nécessitera une centaine de praticiens supplémentaires soit, au total, un besoin de 690 médecins.

Pour relever le défi, l’agence compte multiplier les contrats d’engagement de service public (41 depuis 2010) et les contrats de praticien territorial de médecine générale mis en place par le ministère de la Santé (7 contrats signés en Picardie depuis septembre 2013).

Sept nouvelles maisons de santé labellisées seront ouvertes en 2014. Pour faciliter les démarches des médecins, l’ARS prévoit également l’ouverture, au printemps 2014, dans l’Aisne, d’un guichet unique d’installation qui regroupera en un même lieu l’ARS, la CPAM, l’URSSAF, les URPS…

La Picardie n’est pas la seule région à faire ce constat pour les années à venir. Selon une étude universitaire, « Démomed », Paris devra recruter 1 000 médecins d’ici à 5 ans si la ville ne veut pas voir certains de ses arrondissements se transformer… en quasi déserts médicaux.

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
03.02.2014 à 18h07

« C'est comme l'aquarium,au début il y a pleins de petits poissons puis à la fin il n'y a plus qu' un gros (requin) !! »

Répondre
 
30.01.2014 à 16h12

« Je suis heureux de n'avoir aucun de mes 3 enfants engagé en médecine. Après moi, fin de l'expérience: travail comme un bagnard pendant 35 ans avant la casse. »

Répondre
 
30.01.2014 à 07h38

« Il est urgent de rendre obligatoire l'apprentissage du masochisme au cours des études médicales, seul moyen d'inciter les jeunes médecins à s'installer. »

Répondre
 
30.01.2014 à 03h19

« Est-ce qu'on ne pourrait pas revenir au troc : je te soigne et tu répares mon chauffe-eau. »

Répondre
 
30.01.2014 à 02h49

« 150 euros pour faire ramoner un conduit de chauffage par un apprenti de 16 ans. 90 euros pour faire faire une vidange auto par un apprenti mécano. 600 euros pour faire ouvrir une porte palière sans Lire la suite

Répondre
 
30.01.2014 à 14h37

« Mais en fait, on fait grève du libéral depuis plusieurs années. Seules les jeunes têtes qui sortent s'imaginent faire du libéral. On leur souhaite bon courage. Ça va fait peut-être faire comme la mé Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter