Le froid, un nouvel allié de la perte de poids ?

Le froid, un nouvel allié de la perte de poids ?

23.01.2014
  • 1390477613491022_IMG_120816_HR.jpg

    Le froid, un nouvel allié de la perte de poids ?

Ouvrir les fenêtres en hiver pourrait aider les patients à perdre du poids. Dans un article paru mercredi dans « Cell », Wouter van Marken et ses collègues de l’université médicale de Maastricht, au Pays-Bas, proposent d’utiliser l’exposition à un froid modéré plusieurs heures par jour dans le cadre d’une stratégie visant à réduire le poids d’un patient. Le contrôle de la température ambiante figure en effet parmi les changements des habitudes qui ont conduit à une augmentation de la prévalence de l’obésité en occident. « Nous chauffons et refroidissons nos habitations afin d’obtenir un maximum de confort tout en minimisant nos dépenses énergétiques nécessaires au contrôle de notre température interne », expliquent les auteurs dans leur introduction. Constatant le manque d’efficacité des méthodes basées sur l’augmentation de l’activité physique ou la diminution de la prise alimentaire, ainsi que l’absence de traitement médical satisfaisant, ils proposent donc une approche complémentaire.

Sortir de la zone de confort

Ils avaient observé lors de leurs travaux précédents que la sensation d’inconfort diminuait au bout de 10 jours d’acclimatation au froid modéré. Ils jugent qu’une exposition à des températures comprises entre 18 et 19 °C, plusieurs heures par jour, conduirait à une augmentation du métabolisme des graisses brunes tout en conservant un niveau de confort acceptable. Les physiologistes définissent en effet la zone de thermoneutralité comme étant la gamme de températures dans laquelle un mammifère maintient sa température corporelle sans avoir besoin d’augmenter son métabolisme, ou d’évacuer la température par sudation. Les limites de cette zone de thermoneutralité diffèrent d’un individu à l’autre, mais les patients peuvent subir des températures légèrement inférieures à la limite basse sans éprouver d’inconfort malgré l’augmentation de leur dépense énergétique.

Inégaux face au froid

Un corps qui frisonne multiplie par cinq son métabolisme basal. Une étude parue en 2004 dans « Physiological Reviews » démontrait également que la thermogenèse sans frisson régulait la température en puisant dans les réserves de graisses brunes. Les patients ne sont toutefois pas tous égaux devant ce mécanisme. Les métabolismes des personnes âgées, notamment, réagissent moins au froid modéré. Chez les personnes plus jeunes, le métabolisme basal augmente entre quelques pourcents et 30 % selon les individus. Les auteurs estiment que des modifications légères de l’environnement peuvent aider à la perte de poids ; ils mettent toutefois en garde contre certaines inconnues, principalement en ce qui concerne l’impact de l’exposition prolongée au froid modéré sur le système immunitaire.

Wouter van Marken et all, Cold exposure - an approach to increasing energy expenditure in humans, Trends in Endocrynology and Metabolism publication en ligne du 22 janvier

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
23.01.2014 à 23h50

« Alors ce "scoop" largement diffusé médiatiquement se devrait d'inciter les populations majoritairement obèses à ne plus investir dans l'isolation thermique de leur logement! Plus de fenêtres en doub Lire la suite

Répondre
 
23.01.2014 à 20h15

« Fausse bonne idée. Ça stimule l'appétit de façon importante. On compense ce que l'on brûle. Déjà testé sur moi.
L'exposition au chaud a au contraire un effet satiétogéne bien plus efficace sur la pr Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 3

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter