Loi « conso » et santé visuelle : les ophtalmos redoutent le mauvais œil des sénateurs

Loi « conso » et santé visuelle : les ophtalmos redoutent le mauvais œil des sénateurs

20.01.2014
  • 1390240412490278_IMG_120558_HR.jpg

Le combat des ophtalmologistes contre la « démédicalisation » de la filière visuelle repart de plus belle !

Après avoir plutôt bien accueilli mi-décembre la dernière version du projet de loi sur la consommation, adopté en deuxième lecture par les députés, et en particulier la décision du gouvernement de maintenir l’obligation de renouveler tous les trois ans l’ordonnance de lunettes, le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) déchante complètement.

Il s’étonne en effet de voir revenir, à la faveur de l’examen du texte par la commission des affaires économiques du Sénat, deux dispositions jugées particulièrement inquiétantes : d’une part la mesure de l’écart inter-pupillaire imposée aux ophtalmologistes « dont ce n’est pas le métier », précise le SNOF ; et d’autre part l’extension de la validité de l’ordonnance à 5 ans.

« Alléchés » par la promesse...

Alors que la discussion sur ce texte reprendra lundi 27 janvier à la Haute Assemblée, le Dr Jean-Bernard Rottier, président du SNOF, lance ce lundi un cri d’alarme aux sénateurs. Selon le syndicat, la mesure imposée de l’écart pupillaire (et son inscription obligatoire sur les ordonnances de lunettes) aggravera la « pénurie » de médecins spécialistes « alors que les opticiens sont disponibles et parfaitement qualifiés pour réaliser cette mesure ». Le SNOF a fait ses calculs : ce surcroît de travail aboutirait à « supprimer deux ophtalmologistes par département », et donc à allonger encore les délais d’attente.

Quantà l’extension de la validité de l’ordonnance à cinq ans, elle « retardera le diagnostic des maladies oculaires graves », met en garde le SNOF. Le message est clair : un moindre suivi signifie une menace pour le dépistage.

« Alléchés par la promesse d’un vendeur de lunettes en ligne, qui vous fait miroiter le chiffre insensé d’un milliard d’euros de pouvoir d’achat rendu aux Français, il me semble que vous avez perdu tout sens critique », accuse le Dr Rottier dans sa missive aux sénateurs.

C. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
21.01.2014 à 12h14

« On sait que les ophtalmos travaillent à l'oeil ...
La délégation de compétence à des gens bien formés a du sens
la conservation des acquis un problème. »

Répondre
 
23.01.2014 à 20h59

« En l'occurrence le problème c'est qu'il s'agit de l'inverse de la délégation puisqu'on demande aux ophtalmos de faire le travail des opticiens ! »

Répondre
 
20.01.2014 à 23h28

« Mieux vaut un bon ophtalmo qu'un mauvais politique ! »

Répondre
 
20.01.2014 à 21h33

« N'importe quoi ! Pourquoi autoriser dans ce pays des gens totalement incompétents à prendre des décisions, dont ils n'assumeront jamais les conséquences ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

Le Dr Yannick Schmitt élu à la présidence de ReAGJIR

Le Dr Yannick Schmitt a été élu à la présidence du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants (ReAGJIR) à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter