Affaire Lambert : les professionnels de soins s’interrogent

Affaire Lambert : les professionnels de soins s’interrogent

20.01.2014
  • 1390239402490291_IMG_120566_HR.jpg

L’ordonnance du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne de surseoir à la décision d’arrêt de soins par l’équipe médicale du CHU de Reims après avoir mis en place une procédure collégiale telle que le prévoit la loi, inquiète les professionnels des soins palliatifs.

La Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP), juge cette décision « inédite et surprenante ». La SFAP « souhaiterait un éclaircissement sur le fond du Conseil d’État, car si la décision reste en l’état, elle modifiera profondément les pratiques médicales actuelles et conduira à une augmentation de l’acharnement thérapeutique pourtant refusé massivement par nos concitoyens », souligne l’association dans un communiqué.

Directives anticipées

Cette incompréhension est partagée par le député UMP Jean Leonetti auteur de la loi qui encadre actuellement la fin de vie. Selon lui, cette jurisprudence « pourrait aboutir, si elle restait en l’état, à maintenir par précaution l’acharnement thérapeutique dans les traitements de survie, en l’absence de directives anticipées ou de personne de confiance ».

Comme à la SFAP, il met l’accent sur l’absence, dans ce cas, de directives anticipées et de personne de confiance désignée. Cette absence « nuit à la sérénité d’une prise de décision d’arrêts des traitements de survie ». Pour le Dr Vincent Morel, président de la SFAP, il n’y aurait sans doute pas eu d’affaire Lambert si un tel document avait pu être signé. « Il est fondamental d’arriver à convaincre les Français », insiste-t-il. Aujourd’hui, seulement 2 % d’entre eux l’on fait. Le Dr Morel estime que la loi Leonetti, avec certains aménagements, est « suffisante » pour répondre à l’ensemble des situations de fin de vie.

Invitation à la prudence

Le Pr Emmanuel Hirsh, directeur de l’espace éthique appelle, lui, à la « prudence » et à une révision de la loi du 4 mars 2002 relatives aux droits des malades. Le débat portant « sur les caractéristiques mêmes d’un état pauci-relationnel en dit long des incertitudes qu’il importe de ne pas négliger en préservant une exigence de prudence ». Selon lui, l’arbitrage d’une décision comme celle prise par l’équipe du CHU de Reims « ne saurait relever de la seule procédure médicale formellement recevable ». D’autres enjeux conditionnent la recevabilité. Il convient sans doute de « tenir compte de valeurs d’humanité qui ajoutent à la complexité d’arbitrages redoutables, notamment dans le contexte d’incertitudes, d’ambivalences et d’approximations évoquées publiquement dans l’accompagnement de décisions qui touchent à l’existence de Vincent Lambert. C’est pourquoi peut-être, la justice garante de la personne a par deux fois affirmé une position contradictoire à celle arbitrée par des médecins du CHU de Reims », écrit-il. Et de conclure : « Plutôt que de déplorer ces jugements ou de dénoncer "une mauvaise loi" qu’il conviendrait d’adapter y compris aux circonstances ne relevant pas de la fin de vie, ne convient-il pas d’approfondir notre réflexion et de mieux comprendre nos responsabilités dans les circonstances qui nous interpellent aujourdhui ? »

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
29.01.2014 à 21h25

« Ce matin sur RTL, Yves Calvi recevait Angèle Liéby, auteur du livre Une larme m'a sauvée (Artège). Les auditeurs ont appris qu'un patient avec ''électro-encéphalogramme plat'' peut être conscient, s Lire la suite

Répondre
 
23.01.2014 à 11h03

« ///1) (...) "devant la mort, il déciderait "sûrement" autrement qu'à l'époque où il s'est déjà clairement exprimé par avance . . . .(...)"///
Devant la mort, je ne sais pas car je ne suis que psychi Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 15h28

« Alimentation et hydratation constituent des soins de base, et ne relèvent pas me semble-t-il de l'acharnement thérapeutique. »

Répondre
 
22.01.2014 à 18h10

« Alimentation et hydratation sont considérées comme des SOINS. »

Répondre
 
22.01.2014 à 11h45

« Nous avons tous vécu des cas similaires de patients désirant en finir avec la vie. Mais qui après résolution de leur divers problèmes ont été heureux d'avoir survécu et ont pris goût à la vie. »

Répondre
 
21.01.2014 à 11h14

« le 21/01/2014à 11h15
Profession biologiste : de source sûre la loi Léonetti n'est ni connue de beaucoup de médecins ni de la plupart des patients. Il me semble que ce serait le rôle du quotimed d'en Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter