L’Union européenne veut développer la santé en ligne

L’Union européenne veut développer la santé en ligne

15.01.2014

Le Parlement européen soutient le développement de la santé en ligne, mais souhaite que les professionnels de santé et les patients bénéficient d’une vraie formation aux technologies informatiques nécessaires à cette dernière. De plus, rappelle-t-il, la santé en ligne ne doit pas remplacer les liens concrets et les relations de confiance entre les professionnels et leurs patients.

Appelé à valider un « plan d’action » préparé dans ce domaine par la Commission européenne, le Parlement souhaite que les professionnels acquièrent une véritable « culture de santé » en ligne, et soient étroitement associés, de même que les patients, à la mise en place de ce plan. Selon lui, la formation à la santé en ligne devrait être intégrée dans les cursus universitaires des étudiants en santé.

Exigences préalables

Le Parlement passe en revue un certain nombre d’exigences préalables au développement de la santé en ligne, les premières étant le renforcement de la confiance des patients et la prévention d’une fracture numérique dans ce domaine : il faudra notamment s’assurer que les personnes âgées puissent elles aussi accéder à ces services, qui ne devront pas se substituer aux services « traditionnels ». Ceci est pourtant déjà le cas dans certains pays, à l’image des « consultations par ordinateur » de plus en plus répandues au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas. Il souligne, par contre, l’énorme potentiel représenté par les appareils mobiles et les applications en ligne destinés aux patients, en particulier chroniques, ou centrées sur la santé, dont le contenu est contrôlé par des professionnels.

Confidentialité des données

Le Parlement aborde aussi la question de la confidentialité des données échangées et de leur stockage, notamment dans les « nuages informatiques », en réclamant notamment des mesures de sécurité accrue. Il y a quelques mois, le Comité des régions de l’Union européenne, qui représente ces dernières au sein de l’UE, a lui aussi pris position à ce sujet, en rappelant que les technologies actuelles rendent superflues les grandes bases de données nationales, à la fiabilité et aux performances décevantes. Il a relevé que six pays européens qui avaient lancé d’ambitieux programmes nationaux de stockage de données, y compris en matière de dossiers médicaux, sont en train de revoir leur politique au profit d’une organisation beaucoup plus souple et légère.

 Denis Durand de Bousingen
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
16.01.2014 à 16h49

« Ces grossistes intermédiaires des sociétés d'e-commerce de toutes fibres (optiques ou maffieuses) veulent industrialiser le colloque dont nous détenons la singularité exclusive, nous médecins. Nos p Lire la suite

Répondre
 
16.01.2014 à 16h46

« Trafics en ligne en tous genres, oui !
Que peut-il se passer de sérieux en dehors de la relation responsable inter-personnelle directe du "colloque singulier " ? »

Répondre
 
16.01.2014 à 16h44

« A la lumière du retentissant succès du DMP, on peut spéculer sur l'apport sanitaire et éthique ineffable que nous imaginent ces technocrates de la fuite (des problèmes de terrain) en avant ! »

Répondre
 
16.01.2014 à 08h44

« Les sites des patients doivent être différents des sites professionnels, ne serait-ce que pour les différences de langage.
Les sites des patients doivent être orientés sur la prévention, le dépistag Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter