Statut PH, premier recours : en grève depuis trois mois, les sages-femmes ne désarment pas

Statut PH, premier recours : en grève depuis trois mois, les sages-femmes ne désarment pas

10.01.2014
  • 1389375572487887_IMG_119964_HR.jpg

En grève depuis le 16 octobre, les sages-femmes vont voir les médecins associés à leur réflexion sur la création d’un statut de praticien hospitalier propre à leur profession.

À la demande du collectif de sages-femmes à l’origine du mouvement de grogne (toujours suivi à 70 %), Édouard Couty a convié les cinq syndicats de praticiens hospitaliers (INPH, Avenir hospitalier, CMH, CPH et SNAM-HP) à un groupe de travail qu’il pilote lundi sur le sujet.

Convaincre les médecins

« Nous allons avant tout rassurer les praticiens, en leur expliquant que nous ne sommes pas médecins hospitaliers et que nous ne souhaitons pas le devenir, a développé jeudi Caroline Raquin, représentante du collectif, lors d’une assemblée générale des sages-femmes d’Ile-de-France. Nous allons aussi expliquer à ceux qui ne sont pas obstétriciens en quoi consiste notre métier. »

« La ministre ne va pas convaincre les médecins à notre place du bien-fondé de nos revendications, c’est à nous de faire le job », a-t-elle ajouté.

Les sages-femmes souhaitent en premier lieu rallier à leur cause Avenir hospitalier, considéré comme un « jeune » syndicat, présidé par une femme (le Dr Nicole Smolski), qui soutient de surcroît leur demande de revalorisation salariale.

« Les PH estiment […] difficile la transposition de leur statut aux sages-femmes, ou alors il faudra également leur transposer les mêmes servitudes : les journées de 24 heures, la durée moyenne de travail estimée à 55 heures minimum par semaine, la retraite à 67 ans, et l’entière responsabilité médico-légale », écrivait toutefois le Dr Smolski dans un récent communiqué.

La santé des femmes bradée ?

En cherchant du soutien auprès des PH, les sages-femmes tentent d’apporter une légitimité nouvelle à leur démarche, loin de faire l’unanimité chez les médecins.

Leur volonté de mettre en place le dépistage organisé et la consultation gynécologique de prévention et de santé sexuelle pour les moins de 20 ans dans le cadre de la « révolution du premier recours » fait grincer les dents de certains gynécologues.

« Céder aux sages-femmes sur le premier recours, c’est brader la santé des femmes et revenir loin en arrière », dénonce la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale dans une pétition en ligne qui scandalise les professionnelles grévistes.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
10.01.2014 à 21h59

« C'est hallucinant de lire les propos de la fédération nationale des collèges de gynécologie médicale ... Il y a quelques années, c'était la santé des femmes qui était mise en péril par la suppressio Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter