Après douze ans de présidence, le chef de file des spécialistes de la CSMF tire sa révérence

Après douze ans de présidence, le chef de file des spécialistes de la CSMF tire sa révérence

08.01.2014
  • 1389202148487043_IMG_119768_HR.jpg

Le Dr Jean-François Rey a dressé ce mercredi un « bilan globalement positif » de son action à la tête de l’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF). Le gastro-entérologue de Saint-Laurent du Var quittera la présidence du syndicat le samedi 15 mars prochain, douze ans après avoir pris ses fonctions.

Le médecin a rappellé avec des accents de nostalgie les temps forts de ses trois mandats.

L’assouplissement du C2

Il y eut la mise en place du parcours de soins en 2005 avec la création du médecin traitant. « J’ai mouillé la chemise pour expliquer le rôle de consultant des spécialistes », a-t-il déclaré, se remémorant les baisses d’activité de certaines spécialités cliniques.

En ces temps économiquement contraints, les revalorisations de consultation sont difficiles. L’élargissement de l’utilisation du C2 (46 euros pour un acte d’expert), « qui a été réservé pendant plus de 20 ans aux anciens internes des CHU » est considéré comme une victoire. « Le C2 est devenu une lettre-clé emblématique qui a permis de compenser les baisses d’activité liées au parcours de soins et a même pu constituer une hausse de revenus quand certains actes étaient bloqués depuis 20 ans », ajoute le Dr Rey.

Pour un secteur tarifaire unique

Concernant l’encadrement des dépassements d’honoraires, Jean-François Rey loue le contrat d’accès aux soins (CAS) mis en place le 1er décembre. « Il permet de rétablir une injustice pour les médecins titrés de secteur I et de prendre en charge des cotisations sociales des praticiens de secteur II pour les actes réalisés au tarif opposable ».

Le Dr Rey souhaite qu’à terme le CAS permette à tous les médecins libéraux de se retrouver dans un même secteur tarifaire.

Le secteur II, une « erreur »

« La création du secteur II a été une erreur, juge aujourd’hui le président de l’UMESPE. Cela a permis à l’assurance-maladie de moins bien payer les actes ».

La revalorisation du coût de la pratique de même que l’évolution de la nomenclature (CCAM) technique figurent parmi les priorités constantes de l’UMESPE, validées en comité directeur.

Aujourd’hui, l’UMESPE mise également sur le C3 pour revaloriser les consultations complexes des spécialistes libéraux.

Réservé aux PU-PH, ce C3 (69 euros) rémunérerait davantage les actes cliniques longs justifiant un effort intellectuel soutenu de la part du médecin.

« Mon successeur est lié par cette feuille de route, il n’y aura pas de rupture », a conclu le Dr Rey, qui est resté énigmatique sur son avenir personnel et l’identité éventuelle de son successeur. Actuel président de l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), Jean-François Rey devrait présenter sa candidature à la tête de la CSMF. « Ce n’est pas exclu, a-t-il déclaré, mais je suis encore président de l’UMESPE jusqu’au 15 mars. »

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
10.01.2014 à 12h35

« Le Dr Jean François Rey dresse un « bilan globalement positif »… !! Pour lui et son syndicat la CSMF. Pour ce qui est des médecins libéraux son bilan est catastrophique. Installé comme gastroentérol Lire la suite

Répondre
 
Elle et Vire Médecin ou Interne 12.01.2014 à 09h27

« Même formation, même spécialité, même secteur que vous, même constat... Après avoir pendant des années cotisé au Synmad, sous-syndicat que dirigeait JF REY avant de monter dans la hiérarchie "munich Lire la suite

Répondre
 
14.01.2014 à 22h56

« Lors de mon installation le choix du secteur 2 m'a été interdit pour 2 ans. 20 ans plus tard, j'y suis toujours bloqué. Ayant tout de suite compris que les syndicats CSMF et SML mangeaient la soupe Lire la suite

Répondre
 
09.01.2014 à 16h35

« Agir est difficile, juger est plus facile ... »

Répondre
 
09.01.2014 à 11h10

« Tant mieux s'il est content de lui, je me demande comment ils peuvent se targuer d'être le premier syndicat de médecins alors que personne ne les suit... »

Répondre
 
09.01.2014 à 08h36

« Le secteur II une erreur, et pourtant il l'a faite... comment alors le suivre dans ses positions ? »

Répondre
 
09.01.2014 à 11h29

« Non, à l'époque de la création du secteur 2, la CSMF y était opposée... jusqu'à se faire matraquer sur le pont Alexandre III, à Paris. »

Répondre
 
09.01.2014 à 18h42

« REY serait-il secteur I , il me semble qu'il a signé le CAS, donc est secteur II, il a donc bien fait l'erreur d'être secteur II si être secteur II est une erreur, selon ses dires. »

Répondre
 
08.01.2014 à 19h38

« Le suspense est à son comble, il va aller où Rey ? Prendre sa retraite après ses loyaux services pour vendre le CAS ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter