Statu quo pour le numerus clausus : 7 492 étudiants admis en 2e année de médecine

Statu quo pour le numerus clausus : 7 492 étudiants admis en 2e année de médecine

06.01.2014
  • 1389003821485697_IMG_119488_HR.jpg

    Statu quo pour le numerus clausus : 7 492 étudiants admis en 2e année de médecine

Les numerus clausus des différentes filières de la première année commune aux études de santé (PACES) sont parus ce dimanche 5 janvier au « Journal officiel » (hormis celui des sages-femmes).

Comme nous l’avions annoncé, le nombre d’étudiants autorisés à passer en deuxième année de médecine à l’issue de l’année universitaire 2013-2014 reste stable à 7 492.

La répartition de ce numerus clausus entre les 38 UFR est également identique à celle de l’an dernier. Ainsi, 1 529 étudiants poursuivront la médecine en deuxième année dans les 7 facultés de médecine parisiennes, ils seront 552 pour les deux facultés de Lille et 315 à Aix-Marseille.

8 000 avec les passerelles

Par ailleurs, 508 autres étudiants intégreront les bataillons de médecine par des voies complémentaires. Quelque 260 seront admis via des passerelles en deuxième année et 174 en troisième année. Soixante candidats professionnels de santé diplômés (sages-femmes, infirmiers, kinés...) seront admis en médecine de même que 14 étudiants qui pourront faire valoir leur droit au remords.

Le numerus clausus est fixé à 3 099 en pharmacie, à 1 200 en odontologie et devrait rester stable à 1 016 en maïeutique selon le ministère de la Santé (l’arrêté doit encore paraître).

Plus de précisions dans notre édition de jeudi.

CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
08.01.2014 à 16h38

« On était 150 en 84, 214 30 ans plus tard, l'avenir semble compromis. »

Répondre
 
07.01.2014 à 10h29

« Quelle désolation de sabrer nos bacheliers S, de casser leur vocation par un numerus clausus trop sévère ici, et ensuite de nous dire que 25-30% des médecins exerçant en France ont été formés hors d Lire la suite

Répondre
 
12.01.2014 à 16h19

« Ce n'est pas une honte, c'est un calcul. La paupérisation est un calcul, on ne peut pas ouvrir les frontières et maintenir de telles différences entre les pays. La France a choisi l'option de soigne Lire la suite

Répondre
 
07.01.2014 à 07h18

« C'est une décision lucide et responsable qui honore nos décideurs. »

Répondre
 
07.01.2014 à 10h31

« Numerus clausus, Titanic, Costa Concordia même combat.
On coule mais officiellement tout va bien! »

Répondre
 
07.01.2014 à 00h20

« Une pensée pour tous les reçus collés des années 90 qui ont payé de leurs vies professionnelles le numerus drastique d'alors. »

Répondre
 
06.01.2014 à 23h38

« Et les facultés lyonnaises? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter