Hôpital psychiatrique de Villejuif : un rapport de l’IGAS met le feu aux poudres

Hôpital psychiatrique de Villejuif : un rapport de l’IGAS met le feu aux poudres

03.01.2014
  • 1388767343485552_IMG_119474_HR.jpg

    Hôpital psychiatrique de Villejuif : un rapport de l’IGAS met le feu aux poudres

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) vient de boucler un rapport explosif sur le fonctionnement du groupe hospitalier Paul-Guiraud, à Villejuif (Val-de-Marne), théâtre de violentes prises de bec entre la communauté médicale et la direction.

Ce document, réalisé à la demande de Marisol Touraine, n’a pas encore été rendu public mais a fuité dans la presse, provoquant de vives réactions dans le monde de la santé.

Dans son analyse de 90 pages, l’IGAS constate sans détour que la situation conflictuelle que connaît depuis de longs mois l’établissement de psychiatrie générale (13 secteurs, 461 lits) se traduit par « un état de relative paralysie des instances de gouvernance ».

Perte de confiance

Plusieurs événements (décès d’une cadre, fermeture d’unités en période estivale, dénomination polémique d’un bâtiment) ont contribué à l’apparition d’un « mauvais climat social endémique » doublé d’une « perte de confiance générale ».

Le président de la commission médicale d’établissement (CME) et les syndicats de personnels s’opposent à la direction sur le schéma immobilier de l’établissement, la politique de communication et les mesures d’économies, souligne l’IGAS.

L’inspection ose évoquer un conflit d’ego : « L’intensité des désaccords et la vivacité de leur expression sont telles que l’on peut se demander si leur explication n’est pas à rechercher dans l’existence d’une rivalité entre chaque camp pour assurer l’entièreté du pouvoir sur l’établissement. »

Excès

Dans ce contexte tendu où les revendications syndicales s’exercent « dans des conditions qui passent l’acceptable, prenant la forme de manifestations violentes et de diffusion de tracts au caractère polémique très marqué », la position « parfois hésitante » du conseil de surveillance et l’accompagnement « distant » de l’agence régionale de santé (ARS) francilienne n’ont en rien contribué à apaiser les tensions.

Que faire pour un retour à une gouvernance apaisée ? Les recours aux prestations extérieures et aux heures supplémentaires « excessives » tout comme les 27 jours de RTT doivent bénéficier d’une « rigueur accentuée », professe l’IGAS.

Le temps de présence des médecins, lui, doit être « contrôlé » afin d’en finir avec le « soupçon d’absentéisme important » qui empoisonne la vie de l’établissement.

L’hôpital ne parviendra pas à s’en sortir seul. L’IGAS table sur l’apport d’une mission d’appui et de conseil et une plus grande implication de l’ARS. Sans imposer un changement de directeur.

Mensonge et mauvaise foi

Longs communiqués de presse enflammés ou timides paragraphes de soutien, les réactions du monde médical sont significatives du caractère polémique de l’affaire. Et chacun voit midi à sa porte.

La Fédération sud santé-sociaux dénonce les conclusions d’un rapport « qui vise une fois de plus à faire des personnels la "variable d’ajustement" du plan de retour à l’équilibre ». L’organisation menace d’un nouveau conflit social « d’envergure ».

Du côté des médecins, plusieurs syndicats (SNAM-HP, Convergences HP, CMH) apprécient le « peu de critiques importantes » émises par l’IGAS à l’encontre des praticiens de l’établissement. Les trois instances soutiennent « sans réserve » le président de la CME.

La Fédération hospitalière de France (FHF) se contente d’exprimer sa solidarité au directeur de Paul-Guiraud « face au mensonge et à la mauvaise foi » dans un communiqué énigmatique qui ne cite aucun nom.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter