Déficit de l’assurance-maladie : 30 milliards en 2030 ou les funestes prédictions du HCAAM

Déficit de l’assurance-maladie : 30 milliards en 2030 ou les funestes prédictions du HCAAM

02.01.2014
  • 1388681149485351_IMG_119419_HR.jpg

Les dépenses de santé devraient fortement augmenter d’ici à 2040 et le déficit de l’assurance-maladie se creuser, révèle le dernier rapport annuel du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie (HCAAM).

Sans une politique efficace de maîtrise des dépenses, il pourrait s’élever à plus de 14 milliards d’euros en 2020, soit le double par rapport à aujourd’hui (7,7 milliards en 2013), puis atteindre près de 29 milliards en 2030.

Le déficit de la branche maladie pourrait même dépasser 41 milliards d’euros en 2040, selon les projections du HCAAM, qui n’hésite pas à pronostiquer une ardoise de 49 milliards d’euros en 2060.

Maîtriser les dépenses du premier recours

Le progrès technique et l’organisation des soins seraient les principaux contributeurs des dépenses de santé. Contrairement aux idées reçues, indique le Haut conseil, le vieillissement démographique n’occupe qu’une part « relativement modeste » dans la progression attendue.

Le HCAAM rappelle les trois pistes couramment évoquées pour endiguer le déficit : un accroissement des prélèvements publics (CSG, cotisations), le déremboursement des soins par le régime obligatoire et une maîtrise « énergique et permanente » des dépenses, notamment celles des soins de premier recours.

Écartant les deux premières hypothèses, le Haut conseil plaide – comme à l’accoutumée – pour la troisième solution.

Revoir les parcours

L’instance considère en effet que la croissance des dépenses de santé, spontanément supérieure à celle du PIB, constitue « la véritable menace » sur l’équilibre durable du système de santé.

Dès lors, le HCAAM exhorte les pouvoirs publics et les professionnels de santé à réexaminer la pertinence de certains actes et de certains séjours hospitaliers et à construire des parcours de santé (incluant la prévention et l’éducation thérapeutique du patient) fondés sur une meilleure organisation de la médecine de premier recours et une articulation mieux pensée avec l’hôpital. Revoir la gouvernance de l’ensemble de l’offre de soins en cherchant une plus grande cohérence du système au niveau central et territorial est la dernière action envisagée par le HCAAM pour contenir la saignée augurée.

Bref, le HCCAM donne en quelque sorte une feuille de route au ministère de la Santé qui va présenter d’ici à la fin du premier semestre 2014 une loi de stratégie nationale de santé.

 A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
04.01.2014 à 16h55

« Les médecins ne sont pas les derniers à creuser le déficit, bien au contraire !Nous sommes de moins en moins bien soignés... C'est assez paradoxal me direz vous ! Nous sommes de très grands consomma Lire la suite

Répondre
 
04.01.2014 à 16h43

« La C.N.A.M a claqué X millions d'euros pour le D.M.P sans demandé l'avis à personne si ce n'est à des "Experts".. Dans quelle colonne comptable du budget global rentre cette perte sèche que personne Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 04.01.2014 à 14h33

« D'ici là, elle sera privatisée : c'est déjà fait pour la MGPTT qui est maintenant aux mains de la Mutuelle Générale, la complémentaire étant assumer d'office par Almérys qui s'est désolidarisée en 2 Lire la suite

Répondre
 
04.01.2014 à 09h47

« Je suis scandalisé par le mot " déficit". L'État répartit son budget selon les nécessités. Il n'y a pas de déficit pour aller faire la guerre en Afrique. Pourquoi il y en aurait pour se soigner en F Lire la suite

Répondre
 
03.01.2014 à 10h50

« – accroissement des prélèvements publics ; – déremboursement des soins par le régime obligatoire ; – maîtrise « énergique et permanente » des dépenses. Par un suivi individualisé des patients-consom Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter