Le projet de loi Consommation en deuxième lecture : le mécontentement persiste

Le projet de loi Consommation en deuxième lecture : le mécontentement persiste

09.12.2013
  • 1386606312481043_IMG_118080_HR.jpg

Le projet de loi « Consommation » est débattu ce lundi à partir de 16 heures en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. En première lecture, plusieurs amendements controversés ont été adoptés par le Sénat.

Afin d’« améliorer l’accès aux soins visuels partout sur le territoire et réduire les délais d’attente pour les rendez-vous en ophtalmologie », un amendement adopté par la Haute Assemblée autorise la vente à distance de verres correcteurs et de lentilles correctrices.

Le texte relève également de trois à cinq ans la durée pendant laquelle les opticiens peuvent adapter une prescription de verres correcteurs. Il démédicalise aussi le port des lentilles de contact correctrices en n’obligeant plus à obtenir une prescription médicale.

Enfin, un autre amendement adopté en première lecture autorise la vente des tests de grossesse en dehors des pharmacies.

Levée de boucliers des ophtalmos

Ces différentes dispositions, qui doivent être adoptées dans les mêmes termes en deuxième lecture par l’Assemblée nationale pour être définitivement adoptées, ont provoqué une levée de boucliers des ophtalmos. Ils dénoncent une tentative de marchandisation de la santé et mettent en garde : bon nombre d’affections oculaires potentiellement graves ne seront plus dépistées du fait du rallongement de la durée de validité des prescriptions de verres correcteurs, et de la libéralisation de la vente des lentilles.

Les pharmaciens ne sont pas en reste. Ils soulignent qu’un entretien bien mené lors de la délivrance d’un test de grossesse en pharmacie permet d’orienter certaines femmes vers la pilule du lendemain, ce qui ne sera pas possible lors d’un achat en supermarché.

Le texte devrait être adopté mercredi 11 décembre par l’Assemblée nationale.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
10.12.2013 à 08h59

« D'abord, il faut vite tripler le nombre d'ophtalmologues généralistes de premier recours et ensuite il y a nécessité de créer une spécialisation ophtalmique chirurgicale distincte de la première. Lire la suite

Répondre
 
26.12.2013 à 17h56

« Cher Confrère,
C'est bien ce que font les pouvoirs publics, le praticien de premier recours, est l'opticien, et si vous le qualifiez de premier recours, il fera le "gate control" sur la consultation Lire la suite

Répondre
 
09.12.2013 à 19h49

« Quand on note "améliorer les soins visuels" lorsque l' on confie
les yeux des patients à des non-médecins, c'est légaliser l'exercice illégal de la médecine. Par ailleurs, prétendre qu'une consulta Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter