Le sénateur Larcher propose la suppression de l’Assurance-maladie

Le sénateur Larcher propose la suppression de l’Assurance-maladie

05.12.2013
  • 1386242594479631_IMG_117646_HR.jpg

    Le sénateur Larcher propose la suppression de l’Assurance-maladie

Laboratoire d’idées fondé en 2013 à l’initiative de Gérard Larcher, le cercle Santé innovation vient de rendre public un premier rapport économique qui suggère une réforme drastique de l’Assurance-maladie dans sa forme actuelle et propose une série de mesures iconoclastes pour refonder le système de santé.

Sénateur UMP (Yvelines) et ancien président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Gérard Larcher s’est entouré d’une équipe d’experts pour plancher sur ce rapport établi sous la direction de l’économiste Jean de Kervasdoué. Objectif : « reprendre la main sur l’Assurance-maladie » et son déficit de 16 milliards d’euros,précise Gérard Larcher, mais aussi sauver le système de santé solidaire et « utiliser l’argent des Français à bon escient ».

Une nouvelle agence sous contrôle de l’État

Dénonçant les effets pervers de la gouvernance bicéphale actuelle (pour résumer, la CNAMTS pilote la médecine de ville, l’État conduit la politique hospitalière), source de cloisonnements et de confusion, le rapport suggère en clair de supprimer l’Assurance-maladie telle qu’elle existe. À la place serait créée une instance de pilotage unique, sous tutelle de l’Etat, fusionnant au passage tous les régimes d’assurance (sauf la MSA des agriculteurs), gage supposé d’efficacité.

« L’institution "Assurance-maladie" doit être remplacée par une agence sous contrôle de l’État et dont le rôle serait de piloter le système, de répartir les fonds, de décider la politique de ratification et de remboursement, de gérer concrètement le risque », prêchent les experts. Le directeur de cette super-agence serait nommé en conseil des ministres. Il serait accompagné dans sa tâche par un conseil de surveillance composée des représentants des employeurs, des salariés, des patients, des complémentaires et des financeurs.

100 000 personnes employées à la gestion des droits...

Cette forme d’étatisation de la gouvernance (idée que récusent les auteurs qui se disent partisans d’une régionalisation accrue) permettrait d’en finir avec les « onéreuses et inutiles usines à gaz » que sont les caisses primaires où « 100 000 personnes sont employées à temps plein pour vérifier les droits que tout le monde a et éplucher les remboursements de feuilles maladies », s’agace Jean de Kervasdoué.

Autre recommandation : redonner de l’indépendance de gestion et d’investissement aux hôpitaux publics. « Il faut que l’État sorte de son rôle de gestionnaire hospitalier pour se recentrer sur son rôle de tutelle, précise Gérard Larcher. Chacun son métier ! »

Enfin, le think tank suggère d’élargir les recettes en musclant la fiscalisation du financement de la santé, qui repose aujourd’hui à 70 % sur les cotisations sociales. Une charge bien trop lourde sur le travail aux yeux des experts, qui préfèrent tabler sur des augmentations de CSG et une hausse « modérée » de la TVA.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 38 Commentaires
 
06.12.2013 à 23h22

« Mr Larcher, le bien nommé, visez la bonne cible :
1,5 milliard de soins pour étrangers de tout pays venant bénéficier des soins en france ; soins non payés par le pays d'origine mais par le contribu Lire la suite

Répondre
 
06.12.2013 à 21h52

« Chic Tank, oui !
Mais sur le terrain de la réalité, nous autres praticiens n'avons ni besoin d' "experts" et autres (très)ronds de cuir, ni attendu les vacances de ce monsieur Robin des poids ( par Lire la suite

Répondre
 
Jean-Baptiste G Médecin ou Interne 06.12.2013 à 20h32

« Pourquoi pas la MSA ? »

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 06.12.2013 à 12h08

« Ben la Sécurité Sociale est déjà supprimée, elle est remplacée par l'assurance-maladie depuis longtemps (voir le logo) qui ne fait plus rien de social depuis belle lurette.... »

Répondre
 
06.12.2013 à 11h57

« Supprimer la CNAM qui gère la médecine de ville pour ne laisser en responsabilité que l'état qui gère la médecine hospitalière ?
Faut-il simplement rappeler combien le déficit se réduit en médecine Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cannabis : le gouvernement veut mettre en place une contravention pour sanctionner l'usage et la détention

cannabis

Interrogé mercredi sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une simple contravention pourrait, dans les prochains mois,... 2

G7 : la Sicile est en état d’alerte après l’attentat de Manchester

Taormina G7

Une cité blindée et 400 opérateurs de santé spécialisés déployés sur le terrain. À l’occasion du G7 qui se tient les 26 et 27 mai à... Commenter

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter