La goutte est en augmentation en Europe

La goutte est en augmentation en Europe

04.12.2013
  • 1386174012479604_IMG_117643_HR.jpg

    La goutte est en augmentation en Europe

« Le sujet est à la mode et beaucoup d’articles y ont été consacrés ces dernières années », explique Thomas Bardin au 26e Congrès Français de Rhumatologie (organisé par la Société Française de Rhumatologie à Paris).

Dans beaucoup de pays, la prévalence de la goutte est en augmentation, comme aux États-Unis qui affiche une prévalence élevée, de 3,9 % de la population. En Europe, les indicateurs montrent aussi que la prévalence tend à augmenter. Actuellement, l’Allemagne et l’Angleterre rapportent un taux de 1,4 % et l’Italie de 0,9 %.

Présence de micro-cristaux

Mais on ne sait pas si ces chiffres portent sur la goutte diagnostiquée avec présence de micro-cristaux à l’examen du liquide articulaire.

En France il n’y a pas de chiffres. Pour en savoir plus, une estimation a été réalisée par une enquête en population générale. On a analysé les réponses à un questionnaire posé à un échantillon de 10 000 personnes.

Après tous les correctifs nécessaires, il apparaît que la prévalence de la goutte en France est estimée à 0,9 %, similaire donc à l’Italie. Il n’y a pas de gradient selon les régions, souligne le Dr Bardin, dans sa présentation des résultats.

Signes échographiques spécifiques

Sébastien Ottaviani (hôpital Bichat Paris) a pour sa part présenté une étude sur l’échographie dans la goutte. Cet examen commence à devenir une référence pour permettre un diagnostic d’arthropathie uratique, avec deux signes spécifiques décrits : un double contour du cartilage et des images de tophus. L’étude a consisté en une évaluation de la sensibilité de l’échographie au changement sous traitement hypo-uricémiant.

Le résultat est positif. Chez des patients ayant une goutte prouvée, aux sites de prédilection de la goutte (genou et gros orteil), on trouve une corrélation cotée « bonne à excellente » entre la modification des deux images spécifiques de la goutte à l’échographie, et le changement de l’uricémie (sous allopurinol ou febuxostat). « On se pose la question de savoir si l’échographie peut être un outil pour améliorer l’observance, sachant que la moitié des patients souffrant de goutte sont inobservants », a commenté le présentateur.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter