L’ouverture du contrat d’accès aux soins ne met pas fin aux bisbilles syndicales

L’ouverture du contrat d’accès aux soins ne met pas fin aux bisbilles syndicales

03.12.2013
  • 1386079926478792_IMG_117411_HR.jpg

Le lancement du contrat d’accès aux soins (CAS), auquel ont adhéré 9 746 praticiens, est accueilli très diversement par ses partisans et ses détracteurs.

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) salue son ouverture qualifiée d’« étape historique » : « Les médecins signataires du CAS permettront concrètement à leurs patients d’être mieux remboursés et ainsi de limiter au maximum le reste à charge. » La CSMF souhaite dorénavant que les contrats responsables, qui doivent être redéfinis par décret, aient l’obligation de prendre en charge, au minimum, les compléments d’honoraires des médecins signataires du CAS sans contrainte supplémentaire.

Le syndicat a réalisé une affiche (voir ci-dessous) que les médecins signataires du CAS pourront mettre dans leur salle d’attente pour informer leur patientèle de leur engagement dans l’accès aux soins.

Le Syndicat national des anesthésistes réanimateurs de France (SNARF) se félicite également du coup d’envoi du contrat donné le 1er décembre. « Bravo à tous ceux qui ont osé le signer malgré les grincheux qui, dans un combat d’arrière-garde ont tout fait pour le bloquer en vain », affirme dans un éditorial le Dr Pierre Lanot, secrétaire général du SNARF.

La colère d’un collectif

Tous les médecins ne partagent pas cet enthousiasme. L’Union française pour une médecine libre (UFML) regrette le lancement du CAS. « Ce dispositif a loupé sa cible, estime son président le Dr Jérôme Marty. Il s’adressait aux spécialistes des plateaux techniques, or ces derniers ne représentent qu’une part infime du nombre total de signataires » (environ 20 % du total des signataires, ndlr). Un collectif de professionnels de santé, emmené par l’UFML, a d’ailleurs vu le jour au lendemain de l’ouverture du contrat et a annoncé un arrêt des télétransmissions à partir de ce mercredi pour une durée d’une semaine avant une semaine de fermeture des cabinets en mars.

« Le CAS va permettre à des chirurgiens qui n’avaient pas le droit de dépasser de pouvoir le faire modérément en se rapprochant modestement du coût de la pratique », observe pour sa part la Fédération des médecins de France (FMF).

« Ce CAS est une vraie casse de la médecine libérale », ironise l’Union collégiale, qui rappelle que l’ouverture du contrat avait été reportée à deux reprises entre le 1er juillet et le 1er décembre.

affiche_cas_0.png

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 13 Commentaires
 
04.12.2013 à 09h46

« Le CAS est clivant : le refus d'adhérer des uns (S2) risquait de pénaliser les autres (bloqués en S1). La methode est connue, mais on peut la rappeler. »

Répondre
 
04.12.2013 à 07h38

« Remarquez sur cette affiche propagandiste 2 éléments majeurs:
- on parle de complément d'honoraires ici et pas de dépassement pour la 1ère fois...
- on parle de faciliter l'accès aux soins ce qui es Lire la suite

Répondre
 
03.12.2013 à 22h27

« Affiche dans la lignée de la démagogie ambiante ! »

Répondre
 
03.12.2013 à 21h31

« Je dis NON : je n'ai pas signé le CAS comme la grande majorité de mes confrères qui n'ont aucune envie de devenir les pantins de la sécu que l'on manipule à qui mieux mieux dans le but de les asserv Lire la suite

Répondre
 
04.12.2013 à 06h33

« Vous vous êtes donc déconventionné pour mener la médecine de votre choix, non ? »

Répondre
 
03.12.2013 à 21h05

« Merci a l'UFML qui défend les intérêts des médecins sans compromission et qui refuse de se vendre aux organismes payeurs pour une bouchée de pain en perdant toute liberté. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 1

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... Commenter

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter