La mortalité maternelle par hémorragies du postpartum diminue

La mortalité maternelle par hémorragies du postpartum diminue

29.11.2013
  • 1385743494477960_IMG_117183_HR.jpg

Le nouveau rapport « Mortalité maternelle en France », coordonné par l’INSERM* annonce une baisse de la mortalité maternelle en France entre 2007-2009 par rapport à la période 2004-2005.

Celle-ci s’explique essentiellement par une diminution de la mortalité par hémorragie de la délivrance.

Selon les experts du « Comité National d’experts sur la Mortalité Maternelle », des progrès peuvent toutefois encore être faits.

Des chiffres solides

« Cette baisse de la mortalité maternelle qui est solide, est le résultat des recherches épidémiologiques et cliniques, qui ont abouti à des recommandations sur les pratiques cliniques prises au cours des 15 dernières années », commente la chercheuse Marie-Hélène Bouvier-Colle, directeur de recherche émérite de l’INSERM, qui a coordonné le rapport.

Par « mort maternelle », il faut entendre « le décès survenu au cours de la grossesse ou dans un délai de 42 jours à un an après la fin de la grossesse, pour une cause quelconque déterminée ou aggravée par la grossesse ou les soins qu’elle a motivés, mais ni accidentelle ni fortuite ».

De 2007 à 2009, 254 décès maternels ont été identifiés, soit 85 femmes par an en France. Ce qui donne un taux de mortalité maternelle de 10,3 pour 100 000 naissances vivantes.

Les causes obstétricales

Le rapport présente les données sur les causes des morts maternelles. Au premier rang figurent les hémorragies de la délivrance (18 % des décès), puis, ce qui est relativement nouveau, les embolies pulmonaires (11 %) et les complications de l’hypertension (9 %).

Le grand changement concerne le pourcentage des hémorragies du post-partum, qui a diminué de moitié depuis le dernier rapport (8 % contre 16 % en 2004-2006). « Un résultat encourageant, fruit des actions menées depuis les années quatre-vingt-dix », souligne Marie-Hélène Bouvier-Colle. Les facteurs de risque de mortalité maternels ont été étudiés. L’âge est l’un des plus importants. Plus de 50 % des décès concernent des femmes entre 30 et 39 ans et le risque apparaît nettement augmenté après 35 ans. Ce qui s’explique par le fait que les grossesses se déroulent à des âges de plus en plus élevés.

La nationalité de la mère

La nationalité maternelle intervient : les femmes de provenance subsaharienne ont le taux de mortalité maternelle le plus élevé (22,4/100 000). Les taux varient aussi selon les régions de France, avec des chiffres plus hauts dans les départements d’outre mer (32,2/100 000) et en Île de France (12,5). Les autres facteurs de risque sont l’obésité et les grossesses multiples.

L’amélioration doit encore se poursuivre, puisque 54 % de ces décès ont été considérés comme « évitables » : erreur ou retard du diagnostic, inadéquation ou retard de la thérapeutique, négligence de la patiente… Ce taux est stable dans le temps.

Enfin, les soins ont été considérés comme « non optimaux » (non conformes aux recommandations et pratiques) pour 60 % des décès expertisés, même s’il y a une baisse significative depuis 1998.

*Unité U953 « Recherche épidémiologique en santé périnatale et santé des femmes et des enfants ».

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
01.12.2013 à 10h00

« Il faut une structure équipée et entraînée, avec alerte immédiate, équipe complète sur place sage femme, chirurgien gynécologue, anesthésiste, possibilité de transfusion immédiate et massive si bes Lire la suite

Répondre
 
30.11.2013 à 11h43

« Tout est lié à l'embonpoint, et peut-être même au pré-diabète de ces patientes qui ont été bien trop tard diagnostiquées et qui vont en subir les conséquences. »

Répondre
 
30.11.2013 à 03h51

« Il est insensé que l'on meurt encore de ça !
On a juste besoin de 2 pinces dans le ventre pour les iliaques internes. »

Répondre
 
30.11.2013 à 14h44

« Votre commentaire est affligeant cher confrère ! On voit bien que ce n'est pas vous qui avez déjà eu à vivre une telle situation ; et je sais de quoi je parle étant obstétricien. »

Répondre
 
30.11.2013 à 17h35

« A condition d'avoir une formation correcte ,ce qui n'est pas le cas dans toutes les maternités. »
gynéco-obstétricien 30/11/2013

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter