Un VIH produisant une progression rapide décelé en Afrique de l’Ouest

Un VIH produisant une progression rapide décelé en Afrique de l’Ouest

28.11.2013
  • 1385645722477102_IMG_116873_HR.jpg

    Un VIH produisant une progression rapide décelé en Afrique de l’Ouest

Une souche recombinante du VIH provoquant un développement plus rapide de la maladie que les souches les plus prévalentes a été identifiée par des chercheurs suédois (Université de Lund), qui publient dans le « Journal of Infectious Diseases ».

Conduisant un travail en Guinée-Bissau de suivi à long terme de patients non infectés à l’inclusion, Joakim Esbjörsson et coll. ont déterminé les sous-types de VIH chez 152 individus qui venaient de contracter l’infection (séro-incidents), et mesuré la progression de la maladie depuis le moment de la séroconversion jusqu’au sida caractérisé et au décès associé au sida.

Souches plus vigoureuses

« Les souches recombinantes semblent être plus vigoureuses et plus agressives que les souches à partir desquelles elles se sont développées », observe Angelica Palm, une doctorante qui a participé à l’étude.

Le recombinant étudié est nommé A3/02. Il est formé à partir des deux souches les plus courantes en Guinée-Bissau (Afrique de l’Ouest), qui sont 02AG et A3.

La souche A3/02 est associée à une multiplication par 3 du risque de sida et de décès lié au sida comparée aux souches A3. Les temps de progression vers le sida et de décès associé au sida sont respectivement : 5 et 8 ans pour A3/02 (13 % des souches) ; 6,2 et 9 ans pour la souche la plus fréquente (02AG, 53 %) ; et 7,2 et 11,3 ans pour A3 (29 %).

Expansion des recombinants

Chez une personne infectée avec deux souches, elles peuvent fusionner et donner lieu à un recombinant.

Cette nouvelle souche n’a encore été repérée qu’en Afrique de l’Ouest. Mais d’autres études indiquent que l’expansion générale des recombinants est en augmentation.

Dans les endroits de forte immigration, comme les États-Unis et l’Europe, il y a une tendance à une flore de VIH complexe et mélangée. Au début de l’épidémie on n’observait qu’un nombre limité de variants non recombinants, avec une forme unique dominante. « Il y a des raisons d’être prudents avec les recombinants dont on ne connaît que peu ou rien », écrivent les auteurs. Il y a plus de 60 souches épidémiques du VIH-1 dans le monde.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mort inattendue du nourrisson et plagiocéphalie : le couchage sur le dos est impératif, alertent les spécialistes lyonnais

nourrisson

À l'occasion de la Semaine de prévention de la mort inattendue du nourrisson (19 au 23 septembre), les pédiatres, neurochirurgiens et chirur... Commenter

Retrait du marché des implants Essure, les patientes tentent une action de groupe avant la fin du mois

implant Essure

Plus d'un mois après la perte temporaire de son marquage CE, sur décision de l'organisme notifié irlandais NSAI, l'implant de contraception... Commenter

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

PILULE

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter