Arche de Zoé : Éric Breteau martèle qu’il ne s’agissait pas d’une opération d’adoption

Arche de Zoé : Éric Breteau martèle qu’il ne s’agissait pas d’une opération d’adoption

21.11.2013
  • 1385054165474827_IMG_116335_HR.jpg

    Arche de Zoé : Éric Breteau martèle qu’il ne s’agissait pas d’une opération d’adoption

Le président de l’Arche de Zoé Eric Breteau a martelé jeudi devant la cour d’appel de Paris que l’opération de l’Arche de Zoé, qui avait tenté en 2007 d’exfiltrer 103 enfants censés être des orphelins du Darfour, n’était « pas une opération d’adoption ». Lors de réunions avec les familles d’accueil, on « l’a dit et redit », on n’est « pas là pour faire adopter des enfants », « on l’a dit, écrit, répété, je ne vois pas ce qu’on pouvait faire de plus », a-t-il expliqué au deuxième jour de son procès en appel.

« Mon opération s’arrêtait sur le sol français », a expliqué Eric Breteau, 43 ans. L’association voulait, une fois que les enfants seraient arrivés en France, les placer dans des familles d’accueil, afin que leur prise en charge ne repose pas sur les autorités françaises et leur faire obtenir le statut de réfugiés.

Il avait été dit aux familles qu’après trois ans, les enfants pourraient obtenir la nationalité française, et que « les familles pourront engager une démarche d’adoption si elles le souhaitent », a dit Eric Breteau, qui a assuré qu’il n’a « pas ciblé spécifiquement les forums d’adoption » pour trouver des familles d’accueil, dont une minorité sont parties civiles.

Une « erreur de terminologie » assumée par l’accusée

Interrogé sur la phrase « Nous pouvons ensemble sauver les orphelins du Darfour en les adoptant » utilisée un temps par l’association, il a admis une « erreur de terminologie » qu’il « assume ». En première instance, le tribunal avait estimé que l’association avait joué sur les mots en parlant d’« accueil définitif » et que tout était « pensé en termes d’adoption ».

Tout comme sa compagne Emilie Lelouch, Eric Breteau a été condamné en première instance à deux ans de prison ferme et 50 000 euros d’amende à l’issue d’un procès auquel ils n’avaient pas assisté. Le tribunal correctionnel de Paris les avait déclarés coupables d’escroquerie au préjudice des familles d’accueil, exercice illicite de l’activité d’intermédiaire à l’adoption et tentative d’aide à l’entrée ou au séjour de mineurs en situation irrégulière.

Ils comparaissent devant la cour d’appel de Paris jusqu’au 29 novembre aux côtés du logisticien Alain Péligat, condamné en première instance à six mois de prison avec sursis pour la dernière de ces infractions.

AVEC AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter