37 % des cliniques MCO sont toujours dans le rouge en 2012

37 % des cliniques MCO sont toujours dans le rouge en 2012

14.11.2013
  • 1384439434472185_IMG_115732_HR.jpg

La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) s’alarme de la situation financière dégradée de ses 566 établissements spécialisés en médecine, chirurgie et obstétrique (MCO), dont 37 % étaient en déficit en 2012 (contre 35 % en 2011), selon le rapport annuel de l’Observatoire économique et financier des cliniques privées françaises, présenté ce jeudi.

Malgré un chiffre d’affaires en hausse de 1,9 %, les cliniques se disent victimes d’une « asphyxie économique », au regard des tarifs « quasiment inchangés depuis huit ans » de l’assurance-maladie, de l’inflation, et des charges « qui explosent ». Comme en 2012, 71 % des établissements se situent en dessous du seuil de résultat net minimum (3 %) préconisé par les experts pour pouvoir investir, déplore la Fédération.

Stabilité des règles fiscales et tarifaires.

L’économie du financement du secteur privé MCO reste déséquilibrée : 88,6% du chiffre d’affaires résulte du remboursement des soins par l’assurance-maladie (un chiffre d’affaires en deçà des charges totales). Le reste des recettes provient de la vente de services annexes (chambre particulière, restauration, etc.).

« L’État doit cesser d’ignorer les réalités économiques, s’insurge Lamine Gharbi, président de la FHP-MCO. Certaines prises en charge sont remboursées par la Sécu en-dessous des coûts de production, par exemple dans les opérations de chirurgie de l’obésité, des reins, des voies urinaires ou encore en matière de soins palliatifs. En vingt ans, 45 % des cliniques privées ont disparu ou ont dû se regrouper pour survivre. Si nous n’avions pas les recettes tirées de produits annexes, il n’y aurait sans doute plus de cliniques en France. »

La FHP-MCO réclame une visibilité économique sur trois ans, une revalorisation des tarifs en contrepartie de la maîtrise des volumes, une baisse de la fiscalité et des charges sociales.

Les cliniques MCO représentent 27 % de l’offre hospitalière et accueillent 8,5 millions de patients par an.

 A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
15.11.2013 à 14h52

« Que dire d'autre que l'avis précédent, bien formulé et auquel je souscris totalement. »

Répondre
 
15.11.2013 à 08h55

« Ce qui tue les MCO, plombe les hôpitaux, massacre la recherche, ce ne sont pas les budgets qui stagnent, c'est la réglementation délirante, la recherche frénétique du risque zéro et du parapluie tot Lire la suite

Répondre
 
18.11.2013 à 18h40

« On approuve certes.
Mais par ailleurs, il est scandaleux que les soins soient facturés au dessous du prix de revient. Il est anormal que les suppléments de chambre particulière soient indispensable Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... Commenter

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter