Qualité de l’air intérieur : les ministères de l’Écologie et de la Santé publient un plan d’actions

Qualité de l’air intérieur : les ministères de l’Écologie et de la Santé publient un plan d’actions

24.10.2013
  • 1382616559466552_IMG_114205_HR.jpg

    Qualité de l’air intérieur : les ministères de l’Écologie et de la Santé publient un plan d’actions

Parallèlement aux 2e assises nationales de la Qualité de l’air, qui se tiennent actuellement à Paris, les ministères de l’Écologie et de la Santé ont rendu public un nouveau plan d’actions à court, moyen et long terme sur la qualité de l’air intérieur. Une table ronde avec l’ensemble des acteurs du système sera ensuite organisée pour finaliser la démarche de présentation du projet de plan. Il intégrera le Plan national santé environnement 3 (PNSE3).

En France, la mauvaise qualité de l’air intérieur coûterait entre 10 et 40 milliards d’euros à la société, dont 1 milliard pour le remboursement des médicaments anti-asthmatiques. Quelque 3,5 millions de personnes sont touchées par l’asthme.

Campagne d’information

Le plan prévoit d’abord le lancement d’une campagne d’information à destination du grand public pour rappeler les bonnes pratiques, faire connaître l’étiquetage qui sera par ailleurs développé (notamment dans les meubles pour enfants), et lutter contre les idées fausses. Un outil web d’auto-diagnostic permettra à chacun d’évaluer la qualité de l’air intérieur.

Des actions incitatives seront lancées dans la filière du bâtiment pour renforcer la qualité de l’air, en particulier dans l’aération-ventilation. Les produits de construction et de décoration non toxiques seront valorisés.

De nouvelles valeurs guides pour l’air intérieur devraient même intégrer le code de l’environnement.

Des efforts seront faits pour limiter les sources de pollution, issus de produits de consommation courante comme les encens et les bougies, dont les plus nocifs pourront être interdits, les masquants d’odeur, les produits d’entretien, tabac, ou encore, les moisissures.

Enfin, des lieux spécifiques feront l’objet d’actions ciblées, comme les hôpitaux, les établissements de santé, ou les métros souterrains.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Après l'échec de Lille pour l'Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand, furieux, taclent Macron

agence européenne du médicament

C'est une défaite qui laisse un goût amer. La maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR)... 6

Le tabac, premier facteur de risque de cancer aux États-Unis

tabac

Plus d'un quart des cancers aux États-Unis sont associés à la consommation de tabac, selon les résultats d'une étude américaine qui dresse... 1

Reste à charge zéro : Agnès Buzyn ne veut pas « offrir des montures Chanel à tout le monde »

reste a charge optique

Agnès Buzyn a apporté ce mardi des précisions sur deux mesures phares du candidat Macron, réformes désormais dans les tuyaux : le « reste à... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter