PLFSS : prévention et accès aux soins, la petite musique des parlementaires écolos

PLFSS : prévention et accès aux soins, la petite musique des parlementaires écolos

22.10.2013
  • 1382454757465673_IMG_113897_HR.jpg

Alors que l’Assemblée nationale entamait ce mardi après-midi l’examen en séance publique du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014, les parlementaires du groupe écologiste ont annoncé avoir déposé une vingtaine d’amendements, tournés vers la prévention et l’accès aux soins des plus démunis. Sans être hostiles au projet gouvernemental, qu’ils devraient voter, les députés et sénateurs estiment que le budget actuel de la Sécu n’emprunte pas suffisamment ces deux directions.

Cette année encore, les écologistes vont défendre des amendements visant à instaurer des taxes comportementales (sur l’huile de palme, l’aspartame et le diesel), autant de mesures retoquées en commission. D’autres amendements tendent à rationaliser la politique du médicament. « Il y a dans ce PLFSS des propositions qui vont dans le bon sens, mais la Sécu continue à rembourser des médicaments inutiles, voire nuisibles aux patients, regrette Jean-Louis Roumegas, député de l’Hérault et chef de file des députés verts mobilisés sur le PLFSS. Il faut arrêter de rembourser les molécules dépourvues de plus-values thérapeutiques. »

Parcours de soins au tiers payant

Auteur d’un rapport récent sur l’accès aux soins des plus démunis, la sénatrice verte de Seine-Saint-Denis Aline Archimbaud s’est dite « très satisfaite » de la mesure de généralisation du tiers payant annoncée par Marisol Touraine à l’horizon 2017, mesure que la sénatrice souhaite voir traduite dans le PLFSS. Elle appelle ainsi de ses vœux « la mise en place d’un parcours de soins au tiers payant, sans dépassements d’honoraires, appuyé sur le médecin traitant », seul à même de réduire les renoncements aux soins.

Dans un souci de simplification, les parlementaires écologistes suggèrent que seul le revenu fiscal de référence soit pris en compte dans l’ouverture des droits à la CMU-C et à l’aide à la complémentaire santé (ACS). Pour les bénéficiaires aux revenus fixes, comme les personnes âgées, le rythme des demandes de renouvellement pourrait passer de un à trois ans, avancent-ils.

Un autre amendement vise à fusionner l’aide médicale d’État (AME) et la CMU. Enfin, dans les territoires, les écologistes demandent que 5 % du fonds d’intervention régional (FIR, placé au sein de chaque ARS) soit consacré aux développements d’initiatives portées par les patients.

A.B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.10.2013 à 11h57

« Tout ceci n'a rien d'écologique, mais, en revanche, tout de cryptocommuniste...! Il va falloir enfin changer d’appellation! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Environ 25 % de dépenses d'assurance-maladie inutiles, selon Agnès BuzynPertinence des soins : où sont les marges ?

Abonné
PERTINENCE

Actes inutiles, examens redondants, gaspillages, mauvaises pratiques : érigée en priorité, la pertinence des soins est l'un des principaux... 5

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 5

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter