15 mois avec sursis pour le carabin qui revendait des sujets d’examen

15 mois avec sursis pour le carabin qui revendait des sujets d’examen

22.10.2013
  • paris13

    15 mois avec sursis pour le carabin qui revendait des sujets d’examen

Un étudiant en troisième année de médecine a été condamné ce mardi 22 octobre à quinze mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny. Il avait organisé un trafic de sujets d’examens volés et revendu plusieurs milliers d’euros à des camarades avides de réussite.

Mickaël, 26 ans, avait reconnu avoir vendu à des étudiants de Paris XIII, il y a trois ans, des sujets des partiels de médecine, notamment de la redoutable première année, où près de neuf étudiants sur dix échouent.

Il a été condamné conformément aux réquisitions du procureur, qui avait souligné lors de l’audience que Mickaël « n’était plus étudiant en médecine, (mais) était devenu négociateur de sujets à communiquer à un marché considérable et avide ». Il ne fera pas appel. « Mon client a envie de passer à autre chose (...) C’est très dur pour lui », a dit son avocate Nadine Olszer à l’AFP.

Les acheteurs punis de 3 à 8 mois de prison avec sursis

Six autres anciens étudiants ont été condamnés à des peines allant de trois à huit mois de prison avec sursis pour avoir accepté ses propositions et/ou démarché d’autres jeunes pour partager le coût de l’investissement.

Chacun devra verser un euro de dommages et intérêts à la faculté de médecine, qui s’était portée partie civile.En échec et « sous pression » de ses parents qui voulaient qu’il devienne médecin, Mickaël avait raconté être d’abord passé à l’acte fortuitement. Il avait déjà trois premières années et deux deuxièmes années de médecine lorsqu’il s’est retrouvé un soir dans un bureau de l’administration de l’université à Bobigny où sont gardés les sujets, ouvert parce qu’une femme de ménage y travaillait.

Il obtient des résultats « excellents » aux partiels qui suivent : « Pour la première fois j’ai eu un appel de mon père pour me dire qu’il était fier de moi », avait-il relaté au tribunal. C’est au semestre suivant qu’il s’est lancé dans le trafic. Mickaël fait refaire les clés du bureau de la fac, il démarche ses clients sur Facebook, les appelle avec un appareil qui modifie la voix et menace même certains de changer leurs notes pour les faire échouer s’ils ne payaient pas, laissant entendre qu’il avait le bras long.

Jusqu’à 6 000 euros de gains

« Mon client, menacé à plusieurs reprises, a agi sous l’emprise d’une contrainte », a réagi Denis Bracka, avocat de l’un des prévenus, condamné mardi à 8 mois de prison avec sursis. « La sanction qui a été rendue est très sévère et même disproportionnée par rapport à son comportement dans cette affaire », a-t-il estimé, disant étudier la possibilité de faire appel.

A des clients potentiels, Mickaël annonce d’emblée un prix de 250 000 euros. Au final, le prix payé est bien plus bas : quelques transactions, dont la plus importante atteint tout de même à 6 000 euros, remises en partie en liquide sur un parking de McDo.

Pourquoi ce trafic ? « Je venais de me fiancer, j’étais toujours à la charge de mes parents, je culpabilisais de leur demander de l’argent », avait dit le jeune homme. Selon lui, son beau-père lui répétait : « J’attends pas un smicard pour ma fille, j’attends un chirurgien avec une Porsche et un appart à Neuilly. » Depuis les faits, la plupart des fraudeurs ont arrêté médecine, comme Mickaël, qui poursuit des études de « business ».

AVEC AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
05.11.2013 à 10h26

« Il paraît qu'en Roumanie ou en Belgique, on n'a pas besoin de tricher pour passer le barrage. Là, il y a un réel problème, mais chut.......! »

Répondre
 
23.10.2013 à 11h13

« Fraudeurs et pas fraudeuses.....?? Vu que 75 % des reçus sont des filles depuis 10 ans... Mme Najat Vallaud-Belkacem pourriez-vous faire quelque chose pour l'égalité des sexes en médecine ???? »

Répondre
 
23.10.2013 à 10h19

« D'où l'intérêt d'une réorientation précoce en PACES...
Il était certainement plus doué pour le "business" ! »

Répondre
 
23.10.2013 à 08h26

« 3 premières années et 2 deuxièmes années, c'est non réglementaire.
Qui lui a fait bénéficier de ce piston ????
Le doyen doit démissionner. »

Répondre
 
27.10.2013 à 17h19

« Sur dérogation, le doyen a le droit d'autoriser un triplement ! Pratique courante ...

M'enfin bon 5 ans sur les bancs de la fac pour 2 ans d'études, faut penser à passer à autre chose ... »

Répondre
 
22.10.2013 à 19h57

« La question est : Ont-ils été exclus des études médicales pour le décanat de la fac ???

Sinon la phrase rapportée à la fin, émanant de son père est ... marrante ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter