70 % des personnes travaillant en Ile-de-France se plaignent de « fatigue nerveuse »

70 % des personnes travaillant en Ile-de-France se plaignent de « fatigue nerveuse »

21.10.2013
  • 1382371734465455_IMG_113852_HR.jpg

    70 % des personnes travaillant en Ile-de-France se plaignent de « fatigue nerveuse »

À l’occasion de la semaine européenne de la sécurité et santé au travail qui débute ce 21 octobre, l’Observatoire régional de santé (ORS Ile-de-France) publie les résultats de l’étude « Santé et travail des Franciliens », issus de l’exploitation régionale du Baromètre santé 2010 de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).

Environ 40 % des Franciliens déclarent des conditions de travail avec des postures pénibles ou fatigantes et 15 % un temps de travail moyen hebdomadaire supérieur à 48 heures. Parmi les actifs, 36 % estiment avoir des difficultés à respecter les objectifs et les délais imposés par leur entreprise ou institution, et 22 % déclarent ne pas bénéficier d’un soutien satisfaisant dans les situations difficiles au travail. Près de 43,5 % rencontrent des situations de tension avec le public.

« En Ile-de-France, la pression psychologique n’est pas significativement liée à l’âge, certainement par manque de puissance statistique. Cependant, les situations semblent se détériorer à mesure que l’âge augmente », soulignent Claire Sauvage et Nathalie Beltzer, auteurs de la synthèse.

Pression psychologique

Elles notent par ailleurs, que bien que les types d’emploi occupés en Ile-de-France et dans les autres régions ne soient pas les mêmes, « les situations de pression psychologique sont déclarées dans les mêmes proportions » par les Franciliens et les autres.

Quant à leur état de santé lié au travail, 69,3 % des actifs occupés ressentent une fatigue nerveuse, 46,7 % une pénibilité physique et 26,7 % éprouvent des difficultés à s’endormir du fait de leur travail. En Ile-de-France, il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes, contrairement à ce qui est observé hors de l’Ile-de-France où les hommes sont plus nombreux à éprouver une fatigue physique que les femmes. L’Ile-de-France se caractérise par une proportion d’actifs hommes et femmes à déclarer une fatigue nerveuse plus élevée que dans les autres régions de France.

Parmi les 829 actifs interrogés en 2010, 43,2 % indiquent que leurs conditions de travail n’ont pas changé depuis 5 ans, 28,6 % estimant qu’elles se sont dégradées, 28,2 % qu’elles se sont améliorées.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
22.10.2013 à 09h47

« Ça irait mieux si 1) les transports en commun marchaient mieux 2) les entreprises cessaient leurs politiques managériales broyeuses d'hommes. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 4

La chirurgie cardiaque chez des nouveau-nés associée à un risque 20 fois plus élevé de perte auditive

bebe

Une étude observationnelle monocentrique, menée à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux États-Unis, et dont les résultats sont... Commenter

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter