La pollution atmosphérique augmente le risque d’hypotrophie fœtale

La pollution atmosphérique augmente le risque d’hypotrophie fœtale

15.10.2013
  • 1381854994463541_IMG_113392_HR.jpg

    La pollution atmosphérique augmente le risque d’hypotrophie fœtale

Les femmes enceintes exposées à la pollution atmosphérique et au trafic routier courent un risque significatif de donner naissance à un bébé de petit poids, et ce même à des niveaux inférieurs aux normes fixées par l’Union européenne.

les autorités publiques vont-elles revoir leurs objectifs en matière de qualité de l’air ? C’est ce que font espérer les conclusions peu rassurantes d’une des plus vastes études de cohorte européenne sur l’influence de la pollution atmosphérique sur la croissance fœtale chez 74 178 parturientes entre 1994 et 2011. Cette métaanalyse européenne, dénommée ESCAPE (pour European Study of Cohorts for Air Pollution Effects) coordonnée par l’équipe Inserm grenobloise de Rémy Slama s’est appuyée sur les données de 14 études de population dans 12 pays européens.

Les concentrations en polluants ont été mesurés à l’adresse du domicile de chaque femme, la densité du trafic sur la route la plus proche et le volume total de trafic sur toutes les routes principales dans un rayon de 100m autour du lieu de résidence. Les résultats sont sans appel.

Neurodéveloppement et croissance in utero

Les particules fines en particulier, provenant des gaz d’échappement, des émissions liées au chauffage et aux activités industrielles, sont pointées du doigt. Chaque augmentation de 5 µg/m3 en particules fines (PM 2,5) de l’exposition pendant la grossesse majore de 18 % le risque d’hypotrophie (poids de naissance inférieur à 2500 g). Les effets des particules fines se feraient sentir sur la croissance fœtale, même pour des concentrations inférieures à 25 µg/m3, la limite fixée par les normes européennes. D’autres polluants atmosphériques sont concernés également, à un moindre degré. Il s’agit des particules inférieures à 10 micromètres (PM 10) et de celles ayant un diamètre compris entre 2,5 et 10 µm (PM 2,5-10), mais aussi le dioxyde d’azote et les oxydes d’azote.

Des mesures à l’échelon politique et individuel

La pollution atmosphérique, en particulier les particules fines et la densité du trafic, est ainsi associée à un risque d’hypotrophie et à une réduction du périmètre crânien à la naissance, après ajustement sur le tabagisme, le poids et le niveau d’éducation maternels. Si les mécanismes physiopathologiques exacts de la pollution sur la santé fœtale restent mal connus, plusieurs hypothèses sont lancées.

Si la réduction du périmètre crânien suggère un effet sur le développement neurologique, les polluants pourraient avoir des effets perturbateurs endocriniens, altérer les échanges placentaires et/ou encore entraîner un stress oxydatif.

Dans l’étude ESCAPE, les taux d’exposition moyens aux PM 2,5 pendant la grossesse variaient selon la zone entre 10 et 30 microgrammes/m3. Les chercheurs ont estimé que si les niveaux de PM 2,5 étaient réduits à 10 microgrammes/m3, c’est-à-dire la valeur cible définie par l’OMS, il en résulterait une diminution de 22% des cas de petits poids de naissance.

Pour Rémy Slama, l’auteur principal, l’étude pourrait se résumer ainsi : « Une proportion importante des cas de petit poids de naissance pourrait être évitée en Europe si la pollution de l’air urbain (…) diminuait. » En attendant que des normes plus exigeantes entrent en vigueur, Jonathan Crigg, un scientifique londonien spécialiste de la qualité de l’air, a appelé dans un éditorial à donner des conseils de bon sens aux femmes enceintes, comme par exemple éviter au maximum les situations à haut risque d’exposition, tels que les carrefours de circulation. « Ces petits changements de comportement pourraient réduire significativement l’exposition aux particules fines issues du trafic routier. »

The Lancet Respiratory Medicine, publié en ligne le 15 octobre 2013

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
evenement
Focus

Après le rapport de l'Académie de pharmacie Abonné

Faut-il craindre la multiplication des autotests en accès libre en pharmacie et sur Internet ? Un rapport récent de l'Académie de pharmacie estime que seulement 3 autotests, sur les 13 disponibles, présentent un intérêt clinique pour l'orientation diagnostique des patients. Le « Quotidien » a interrogé les sociétés savantes qui, dans l'ensemble, craignent le manque d'information et le risque que... Commenter

L'OMS veut limiter les interventions médicales inutiles lors de l'accouchement

accouchement

Depuis plus de 20 ans et quel que soit le pays, les accouchements sont de plus en plus médicalisés, sans que cela soit justifié. Le recours... 4

Compensation de la hausse de la CSG pour les médecins : ce que prévoit le nouveau projet d'avenant

negos

Outre la télémédecine, la troisième séance de négociations conventionnelles, jeudi, a abordé la question de la compensation de la hausse de... 17

Accès partiel : le Parlement donne son feu vert

Le Parlement vient de ratifier définitivement deux ordonnances sur la santé dont celle qui autorise certains professionnels d'autres États... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter