MCO : activité en hausse, les hôpitaux publics grignotent du terrain sur le privé

MCO : activité en hausse, les hôpitaux publics grignotent du terrain sur le privé

14.10.2013
  • 1381757553462805_IMG_113088_HR.jpg

    MCO : activité en hausse, les hôpitaux publics grignotent du terrain sur le privé

La mise en place de la T2A dans le court séjour en 2004 a incité les établissements - hôpitaux et cliniques - à développer leur activité (dopée notamment par le vieillissement de la population).

Le nombre de séjours en médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie (MCO) a ainsi augmenté de 11,5 % entre 2003 et 2011, pour atteindre 16,3 millions, selon la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). En valeur, la croissance des séjours atteint ainsi 18 % sur cette période (avec un déplacement de l’activité vers des séjours plus chers ou mieux valorisés).

60 % de part de marché pour le public

Fait significatif, le secteur public gagne du terrain dans le court séjour : sa part de marché s’élève à 60,6 % en 2011, tandis que celle des cliniques privées est de 30,9 %, celle des hôpitaux privés à but non lucratif restant stable à 8,4 %.

Le public bénéficie de l’effet structure de l’activité avec des séjours plus coûteux et complexes pour des patients âgés ou souffrants de polypathologies. Le montant total des soins remboursés a ainsi « nettement plus augmenté dans les hôpitaux publics (22,9 %) que dans les cliniques privées (9,2 %) », lit-on. Ce phénomène est marqué en chirurgie, plus fréquente dans le privé (54,7 % des séjours), mais plus coûteuse dans le public.

La DREES constate un net repli des cliniques pour certaines opérations courantes comme l’appendicectomie (baisse de 41 % entre 2003 et 2011), les amygdalectomies, les végétations et les drains transtympaniques.

 C.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
14.10.2013 à 22h00

« Et si les dépassements d'honoraires, qui ne concernent qu'une partie des praticiens du public, étaient une cause au désamour pour le secteur privé ? »

Répondre
 
14.10.2013 à 12h14

« Il est évident qu'en ne donnant pas la même règle du jeu entre le public et le privé on redistribue les cartes : pas de convergence pour la T2A puis suppression de la T2A pour l’hôpital, passage en Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter