Médecins libéraux : la CSMF réécrit le PLFSS

Médecins libéraux : la CSMF réécrit le PLFSS

11.10.2013
  • 1381502166462198_IMG_112958_HR.jpg

Comme chaque année à la veille du débat parlementaire, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) avance une série d’amendements précis au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 sur les points jugés préoccupants ou conflictuels en médecine de ville.

• Nouveaux modes de rémunération : refus du règlement arbitral

La loi Sécu 2013 avait ouvert la voie de la négociation d’une rémunération d’équipe par accord conventionnel interprofessionnel (ACI) sur ces nouveaux modes de rémunération (expérimentés depuis 2008). Mais ces négociations n’ont jamais débuté.

Le PLFSS prolonge les expérimentations (jusqu’à fin 2014), confirme la voie conventionnelle pour généraliser ces nouvelles rémunérations mais prévoit en cas d’échec un règlement arbitral ministériel. La CSMF juge « inutilement provocateur » ce « passage en force » du règlement arbitral et propose de supprimer cette clause.

• Protocoles : attention aux financements dérogatoires !

Le PLFSS prévoit la mise en place d’un « collège des financeurs » chargé d’émettre un avis sur le modèle médicoéconomique des protocoles de coopération (avec la possibilité d’autoriser un financement dérogatoire c’est-à-dire différent des tarifs conventionnels, du paiement à l’acte...).

Pour la CSMF, il n’est pas envisageable que ces dérogations soient actées sans concertation avec les professionnels concernés.

• Protection sociale des femmes médecins : encore un effort...

Le PLFSS améliore la protection sociale durant la grossesse des femmes relevant du régime des praticiens et auxiliaires médicaux (PAMC), en prévoyant le versement d’IJ maladie en cas de grossesse pathologique. La CSMF veut aller plus loin en étendant cette avancée à tout arrêt pendant la grossesse.

• Cliniques : stop au développement du salariat

Un article du PLFSS permet aux médecins salariés des établissements privés de facturer des consultations externes (qui ne sont pas facturables à la Sécu aujourd’hui). La CSMF veut supprimer cette mesure qui, selon elle, conduirait à développer l’exercice salarié dans les cliniques (et donc le lien de subordination à la clinique).

• Fongibilité : plus de souplesse

Le PLFSS autorise les directeurs d’ARS à allouer des ressources en fonction de besoins identifiés indépendamment des enveloppes auxquelles elles sont rattachées (ville/hôpital...). C’est la fongibilité. Mais ce transfert autorisé se ferait dans la limite de 1 % des dotations régionales. Pour la CSMF, ce taux est « insignifiant » et doit être porté à 10 % pour donner plus de marge de manœuvre au soutien de projets locaux.

Biosimilaires et non substituable : rejet de la mention manuscrite

Pour promouvoir les biosimilaires, le pharmacien pourrait désormais les délivrer par substitution au médicament biologique (du même groupe), à condition que le prescripteur n’ait pas exclu cette possibilité par une mention expresse « sous forme exclusivement manuscrite ». La CSMF voit rouge et entend abroger cette obligation de « NS » manuscrit d’un autre âge (et qui déjà fait l’objet de vives polémiques).

• Contrats responsables : rembourser les dépassements du CAS

Le PLFSS prévoit de réviser le cahier des charges des contrats dit solidaires et responsables aidés fiscalement. Mais la loi se contente de renvoyer les règles du jeu à un futur décret (couverture minimale et plafond tarifaire). La CSMF prend les devants et réclame, au minimum, la prise en charge par les contrats responsables des dépassements d’honoraires des médecins ayant adhéré au nouveau contrat d’accès aux soins.

La discussion des articles en commission des affaires sociales aura lieu les 15 et 16 octobre.

 CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
T Médecin ou Interne 13.10.2013 à 18h12

« Sur le point 4 : "Cliniques : stop au développement du salariat" : pourquoi les cliniques acceptent que leurs médecins salariés fassent des consultations externes privées ? Les cliniques ne sont pas Lire la suite

Répondre
 
12.10.2013 à 14h44

« Michel,vas-y à fond : vues les finances publiques
et l'appât du gain des mutuelles,demande le rétablissement
d'ouverture du secteur 2 pour tous (on pourra décemment
compléter nos revenus et recett Lire la suite

Répondre
 
12.10.2013 à 08h31

« Michel, tu es tombé sur la tête, à réclamer que le taux de fongibilité passe de 1 à 10%, a t-on avis le transfert se fera de l'enveloppe hôpital vers la ville, ou l'inverse, surtout avec des directe Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter