La chirurgie robotisée freinée par une class action aux Etats-Unis

La chirurgie robotisée freinée par une class action aux Etats-Unis

11.10.2013
  • 1381508659462466_IMG_113000_HR.jpg

Selon Bloomberg News, un site spécialiste des marchés financiers, la Food and Drug Administration (FDA) aurait comptabilisé 70 décès depuis 2009 en rapport avec l’usage des équipements de robotique chirurgicale, sans compter un certain nombre de lésions nerveuses, vasculaires, viscérales... pour la plupart d’entre elles très préoccupantes.

La FDA a donné un assentiment « silencieux » à l’usage de cette robotique chirurgicale tout en demandant d’en rapporter au fur et à mesure de son usage les évènements indésirables. La FDA n’a cependant imposé aucune réglementation au sujet de la publicité utilisée par les centres hospitaliers autour de ces équipements. Le réveil est pour le moins brutal. C’est la mise en cause d’un Hôpital de Denver (Colorado) au cours d’une plainte en nom collectif qui a sonné le glas de ce développement. Cette avancée technologique avait séduit tant d’acteurs que de nombreux hôpitaux la faisaient figurer sur leur site internet.

Quand le rêve est devenu réalité

Depuis de nombreuses années de nombreux chirurgiens caressent le rêve de pouvoir faire réaliser une intervention par un robot, en restant assis derrière leur console de commande. L’industrie, parfois assistée par des fonds à risque, s’est lancée, principalement aux Etats-Unis, dans une recherche opiniâtre pour tenter de faire de ce rêve une réalité.

Certains hôpitaux, encore plus aux Etats-Unis qu’en Europe, ont lancé des campagnes publicitaires autour de cette technologie d’avant-garde pour recruter plus de patients aux dépens d’institutions non équipées de ces robots. Malgré un coût très élevé, l’accent de ces campagnes publicitaires était mis sur une chirurgie moins invasive, et sur une plus grande précision du geste technique. Dans la phase initiale d’enthousiasme à l’égard de cette chirurgie elle a pu être utilisée dans des interventions très diverses : résection prostatique, hystérectomie, cholécystectomie, parathyroïdectomie, voire même remplacement valvulaire cardiaque...

Pas d’essais comparatifs randomisés

Le leader industriel de cette épopée chirurgicale est une Société du nom de « Intuitive Surgical » qui se défend en arguant du fait que tout progrès chirurgical doit faire les frais d’une courbe d’apprentissage. Cependant de nombreux éléments restent à charge à l’encontre de cette chirurgie robotisée : il n’existe pas d’essai randomisé irréprochable prouvant la supériorité de ce type de chirurgie par rapport à la chirurgie traditionnelle ; de nombreux essais cliniques ont été biaisés par un tri très sélectif des candidats et des indications ; bon nombres d’études réalisée se trouvent en conflit d’intérêt patent ou non avec les sociétés engagées dans cette aventure industrielle ; enfin d’un point de vue éthique la plupart des patients recrutés au sein de ces études ont fait l’objet d’une information beaucoup plus orientée vers les mérites et bénéfices de ce type de chirurgie que vers ses éventuels inconvénients et/ou risque.

Au total, si la chirurgie robotisée peut encore continuer de faire l’objet d’une recherche en chirurgie expérimentale, son utilisation humaine mérite pour l’instant se cantonner à certaines étapes sélectionnées d’une intervention mais en aucun cas se substituer au chirurgien de bout en bout sur l’essentiel d’une intervention.

Chirurgien Orthopediste, Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédiques (SOFCOT)

Pr CHARLES MSIKA
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
15.10.2013 à 23h49

« Cher collègue.
Ne confondons pas "robot" et chirurgie coelioscopique robot-assistée: qui parle de remplacer le chirurgien sauf des esprits trop avides de science-fiction?
Ne confondons pas intérêt s Lire la suite

Répondre
 
15.10.2013 à 23h35

« La conclusion est une désinformation totale. 1) Il existe déjà pas mal de séries qui confirment que la robotique n'est plus au stade "expérimental" mais bien réglé. 2) Plutôt que de robot, parlons d Lire la suite

Répondre
 
11.10.2013 à 23h23

« Super !...mais et alors...la suite ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La justice suit l'expertise médicale et maintient Tariq Ramadan en détention 

Ramadan

La Cour d'appel de Paris a décidé ce jeudi du maintien en détention provisoire de Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, dont l'un sur... 8

Evénement

Entretien exclusifÉdouard Philippe : « On n'avancera pas sans les médecins »

Edouard Philippe

« La santé est au cœur des priorités du gouvernement », assure Édouard Philippe qui maintient « toute sa confiance » à Agnès Buzyn et se déf... 13

Deux syndicats de médecins ostéopathes condamnés à verser 10 000 euros au réseau Santéclair

Le Syndicat national des médecins ostéopathes (SNMO) et l'Union des médecins à expertise particulière (MEP) de la FMF ont été condamnés... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter