Le prix Nobel 2013 couronne les découvreurs du transport microvésiculaire

Le prix Nobel 2013 couronne les découvreurs du transport microvésiculaire

07.10.2013
  • 1381160572460611_IMG_112421_HR.jpg

    Le prix Nobel 2013 couronne les découvreurs du transport microvésiculaire

« Chaque cellule est une usine qui produit et exporte des molécules. » Oui, mais comment fait-elle ? Il a fallu le travail de trois cerveaux pour résoudre cette énigme.

Les vésicules sont partout. Une fois produites par les organelles cellulaires, les hormones, neurotransmetteurs, cytokines et enzymes doivent être délivrés à d’autres compartiments intracellulaires ou exportés à l’extérieur de celle-ci.

Les trois lauréats du prix Nobel 2013, décerné ce lundi 7 octobre, ont découvert les principes moléculaires qui gouvernent la délivrance en temps, en heure et à la bonne place des micro-charges portées par les vésicules.

Randy Scheckman a mis au jour un ensemble de gènes qui sont nécessaires au trafic vésiculaire. James Rothman a décrypté la machinerie moléculaire qui permet la fusion de la vésicule à la membrane cible et le passage de la charge vésiculaire. Et Thomas Südhof a révélé quels signaux déclenchent la libération de la charge par la vésicule elle-même.

Tous les processus physiologiques

Ce mécanisme de communication de base en biologie cellulaire intéresse à peu près tous les processus physiologiques. En endocrinologie : par exemple l’insuline synthétisée à l’intérieur du pancréas est libérée dans le sang ; en neurologie : les neuromédiateurs fabriqués par les neurones sont libérés dans l’espace synaptique. Et dans le très vaste domaine de l’immunologie.

Et les perturbations du trafic vésiculaire peuvent être présents dans une grande variété d’états pathologiques, des maladies neurologiques, jusqu’au diabète en passant par des désordres immunitaires. Mais aussi en infectiologie, quand les bactéries produisent des toxines, comme dans le tétanos. Le phénomène est en jeu lorsqu’en thérapeutique, les toxines botuliques vont être utilisées pour relâcher une tension musculaire chez un enfant souffrant de paralysie spastique.

Cette découverte fondamentale a permis d’expliquer et de comprendre beaucoup de choses, et a donné lieu à des moyens diagnostiques. Mais elle n’a à proprement parlé donné lieu à aucune thérapeutique.

Dr BÉ.V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

2 700 signalements d'effets indésirables liés au DIU Mirena entre mai et août 2017

mirena

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rendu publics les premiers résultats d'une enquête de... Commenter

Tarifs de radiologie : le Sénat enterre le spectre des décotes tarifaires autoritaires 

radiologues

Les syndicats de médecins libéraux, et notamment de radiologues, ont été entendus par le Sénat. Vendredi soir en séance publique, les élus... Commenter

« Zéro sexisme », « zéro harcèlement » : la contre-attaque des internes pour briser le tabou et porter plainte

SEXISME

Après la publication de l'enquête édifiante dénonçant la banalisation du sexisme et du harcèlement sexuel au cours du cursus,... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter