Contrats d’accès aux soins et secteur I : l’UFML envisage de saisir un huissier pour avoir les chiffres !

Contrats d’accès aux soins et secteur I : l’UFML envisage de saisir un huissier pour avoir les chiffres !

07.10.2013
  • ufml

L’Union française pour une médecine libre (UFML, médecins pigeons) conteste bec et ongles l’ouverture prochaine du nouveau contrat d’accès aux soins de modération tarifaire, annoncée jeudi par l’assurance-maladie.

Le directeur de la CNAM avait affirmé aux syndicats de médecins libéraux et aux complémentaires que le contrat d’accès aux soins allait pouvoir s’ouvrir « dans les plus brefs délais », 8 611 praticiens l’ayant souscrit soit plus d’un tiers des médecins de secteur II éligibles.

Mais l’UFML affirme que le CAS ne peut être validé en l’état. Selon ses propres estimations, entre 2 000 et 3 000 praticiens de secteur I ont signé ce contrat. Or, l’avenant 8 d’octobre 2012 stipule que ce sont « 33 % des médecins de secteur II éligibles » qui doivent adhérer pour rendre le dispositif opérationnel (soit 8 200 praticiens).

L’assurance-maladie n’ayant pas précisé le secteur d’exercice des 8 611 signataires, l’UFML la met en demeure « de fournir les preuves » que ce seuil a bel et bien été franchi. « Nous avons de forts doutes et nous trouvons très curieux que la CNAM ne soit pas en mesure de préciser le secteur d’exercice des praticiens signataires », explique le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML. Le syndicat projette même de faire appel à un huissier de justice pour avoir connaissance de tous les chiffres de l’assurance-maladie.

Un délai salutaire ?

Contacté par « le Quotidien », l’assurance-maladie a dans un premier temps indiqué que le chiffre de 3 000 praticiens de secteur I signataires du CAS était « farfelu et sans aucun fondement », « une pure spéculation ». Elle affirmait toutefois n’être pas en mesure de préciser le secteur d’exercice des signataires. Le directeur de la CNAM, Frédéric van Roekeghem, dément avoir caché le moindre chiffre. « Nous allons demander aux caisses primaires de nous remonter cette information sur les signataires de secteur I. Nous n’enregistrons pas les diplômes dans les bases de données. Les données disponibles au conseil de l’Ordre ne sont pas croisées avec les secteurs d’exercice. »

Les partenaires conventionnels ont toujours la possibilité d’abaisser le seuil de 33 % de médecins de secteur II éligibles pour ouvrir le contrat d’accès aux soins, en adoptant un avenant. « Mais le SML ne soutenant plus l’accord, un tel avenant ne pourrait pas être signé par la seule CSMF », croit savoir le Dr Marty.

Selon le président de l’UFML, le délai d’ouverture du contrat d’accès aux soins, qui pourrait atteindre plusieurs semaines, arrange donc les affaires des défenseurs du contrat. Ces quelques semaines vont permettre d’atteindre un nombre de signataires plus élevé –la CNAM table sur plus de 10 000– et donc de dépasser sans contestation possible le seuil de 33 % de praticiens de secteur II.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
08.10.2013 à 13h40

« Quand c'est flou c'est qu'il y a un loup, comme quand Marisol rencontre Caniard dans le cadre opaque de l'association "le siècle" aux repas du carillon Place Vendôme avant son arrivée au pouvoir... Lire la suite

Répondre
 
08.10.2013 à 09h15

« Il est temps de faire une grève : aucune autre profession n' accepterait d'etre aussi malmenée .Il faut tous réagir et etre solidaires, médecins généralistes, spécialistes conventionnés ou pas.Alors Lire la suite

Répondre
 
07.10.2013 à 22h23

« La CPAM peut dire précisément qu'il y a 8611 signataires, mais sans plus de détails sur leur secteur d'exercice ? Bizarre... »

Répondre
 
07.10.2013 à 21h05

« Cet engouement pour l'UFML me rappelle l'engouement pour le jeune SML du début des années 80... Attention à ne pas devenir les pigeons de demain... »

Répondre
 
07.10.2013 à 19h18

« Soutien total à l'UFML qui n'est pas un syndicat mais qui est beaucoup plus représentative de la profession que les syndicats signataires félons... mouillés dans cette sombre histoire de CAS qui res Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter