VIH : des cibles thérapeutiques potentielles identifiées par des Français

VIH : des cibles thérapeutiques potentielles identifiées par des Français

02.10.2013
  • 1380718928459489_IMG_112154_HR.jpg

    VIH : des cibles thérapeutiques potentielles identifiées par des Français

Des scientifiques de l’Institut Pasteur et de l’Inserm, travaillant sur l’interaction VIH-macrophages, ont identifié différentes protéines participant à la réplication du virus. Ce qui donne des bases théoriques pour la recherche de traitements inhibiteurs de la réplication du VIH.

Les macrophages et notamment les lymphocytes CD4 constituent des cibles importantes du VIH. Les macrophages fonctionnent comme sites de réplication et réservoirs du virus et contribuent à sa dissémination dans l’organisme et notamment dans le système nerveux central. De nombreux travaux ont pour objectif de bloquer la réplication du virus dans ces cellules.

Le groupe de Gianfranco Pancino (Unité Régulation des infections rétrovirales à l’Institut Pasteur, dirigé par Françoise Barré-Sinoussi), ouvre une nouvelle voie.

Les travaux antérieurs

Dans des travaux antérieurs, l’équipe de chercheurs avait montré que l’induction d’une protéine cellulaire, la kinase p21, inhibe la réplication des virus dans les macrophages, en altérant la transcription inverse du génome viral nécessaire à sa réplication.

Par quel mécanisme cela se produit-il ?, se sont-ils ensuite interrogés. Dans leur dernière publication dans les PNAS (30 septembre 2013), ils répondent à cette question : par la réduction du taux de dNTP (désoxyribonucléotide intracellulaire), en deçà du seuil nécessaire à la synthèse de l’ADN du VIH. La protéine p21 bloque la synthèse de dNTP par une régulation négative d’une enzyme essentielle à la réduction de ribonucléotides en dNTP.

Blocages précoces

Ainsi, ces scientifiques ont identifié des protéines cellulaires au cœur d’un mécanisme qui aboutit au blocage d’étapes précoces de la réplication du VIH.

« Nos observations décryptent une voie cellulaire qui conduit à une restriction de la duplication du VIH et d’autres lentivirus, en affectant la synthèse du dNTP. Ce qui indique de nouvelles cibles pour des stratégies anti-VIH », expliquent les investigateurs. La pierre angulaire de ce mécanisme est la protéine p21.

Ainsi, les protéines identifiées constituent-elles « une base théorique solide pour la mise au point de stratégies thérapeutiques complémentaires aux trithérapies actuellement employées », estiment Barré-Sinoussi et coll.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Mutuelles de Bretagne : épinglé par « le Canard », Richard Ferrand parle de « dénonciations calomnieuses »

Ferrand

Le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand a évoqué mercredi des « dénonciations calomnieuses » après la révélation dans «... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter