Les autorités sanitaires anglaises suggèrent de fournir des seringues aux sportifs dopés

Les autorités sanitaires anglaises suggèrent de fournir des seringues aux sportifs dopés

25.09.2013
  • 1380123051457148_IMG_111561_HR.jpg

Des seringues jetables dans les salles de sport pour s’injecter stéroïdes et produits de bronzage en toute sécurité : c’est ce que préconisent les autorités sanitaires britanniques, inquiètes des risques accrus de transmission du virus du sida ou de l’hépatite. Elles recommandent également de faciliter l’accès aux services de dépistage. Il s’agit d’étendre aux sportifs (culturistes, ...) les programmes de réduction des risques déjà en place pour les usagers de drogues injectables.

L’institut national de la santé et de l’excellence clinique (NICE) part du constat que 70 000 personnes âgées entre 16 et 59 ans se sont injectés des stéroïdes au cours de l’année dernière en Angleterre et au Pays-de-Galles, soit pratiquement autant que le nombre estimé d’utilisateurs d’héroïne et de crack. Ce chiffre est encore multiplié lorsqu’on y ajoute les personnes qui s’injectent des produits de bronzage ou anti-âge tels du botox ou du collagène.

Hausse du taux de transmission au VIH et de l’hépatite en hausse

Le NICE en conclut qu’il faut protéger ces amateurs de performance et d’apparence utilisateurs de seringues non stériles, tout autant que les toxicomanes. Il se base sur une étude portant sur 395 utilisateurs de seringue qui montre qu’une personne sondée sur 18 a été exposée à l’hépatite C, une sur 11 à l’hépatite B et une sur 65 au VIH.

« Quiconque s’injecte une substance, quelle qu’elle soit, s’expose au risque de contracter le VIH ou tout autre virus transmis par le sang, rappelle le Dr Vivian Hope, expert au ministère de la Santé. Notre dernière étude montre que le taux de transmission du VIH et de l’hépatite a augmenté auprès des personnes ayant recours à des substances visant à améliorer la performance et l’apparence », ajoute ce médecin qui appelle en conséquence les salles de sport à mettre à disposition de leur clientèle le « matériel d’injection approprié ».

 S. L. (AVEC AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Raphaël L Médecin ou Interne 26.09.2013 à 12h56

« C'est pourtant pas le 1er avril ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter