Disparition du Pr Maurice Tubiana, pionnier de la cancérologie et héraut de la santé publique

Disparition du Pr Maurice Tubiana, pionnier de la cancérologie et héraut de la santé publique

24.09.2013
  • 1380039528456902_IMG_111511_HR.jpg

Le Pr Maurice Tubiana est mort ce mardi 24 septembre à l'âge 93 ans. Pionnier mondial de la nouvelle radiothérapie, associant recherche clinique et recherche fondamentale, il fut de tous les combats de la santé publique au cours de trois décennies, dénonçant sans relâche « les méfaits de l’écologisme et du précautionnisme ». Les honneurs militaires lui seront rendus vendredi aux Invalides.

« Je me suis construit personnellement face au mystère du mal, contre lui, confiait le Pr Maurice Tubiana au « Quotidien du médecin » ; toute ma vie d’homme sera marquée et comme structurée par ce combat que je n’aurai eu de cesse de mener contre les forces maléfiques et irrationnelles. »

Pied noir né en 1920 à Constantine, il a 13 ans quand Hitler arrive au pouvoir et il interrompra son externat pour s’engager, quand la guerre éclate, rejoignant à pied l’Espagne, où il est arrêté et déporté, puis gagnant le Maroc et l’Italie pour participer au débarquement de Provence, en 1944. À la chute du Reich, il s’est choisi un autre ennemi, racontait-il, le cancer.

Après deux à Berkeley, en Californie, un an à New York et une agrégation de physique médicale, il intègre en 1952 l’Institut Gustave Roussy (IGR), à Villejuif. Jusqu’en 1989, il crée et dirige l’école française de radiologie, remportant, grâce au bétatron qu’il met au point avec Frédéric Joliot-Curie, puis avec le premier appareil de télécobalthérapie, des victoires cliniques qui le placent au premier rang thérapeutique mondial contre le cancer.

« On travaillait sous sa houlette à l’américaine, témoigne le Pr Jacques-Séverin Abbatucci, avec enthousiasme, sans rapport avec le protocole souvent compassé et hiérarchisé qui régnait à cette époque. » « Maurice Tubiana savait comment faire bouger le système », confirme le Pr Marcel Legrain, qui plancha avec lui sur la réforme des études médicales.

Sage de la santé publique

Appelé en 1975 à la présidence de la commission cancer, Maurice Tubiana se lance à l’assaut de son troisième ennemi : l’irrationnel qui suscite les peurs et alimente la désinformation dans les grands débats de santé publique. Il n’hésite pas à mettre sur la sellette le système de soins en France, publiant en 1983 un rapport explosif, où il milite, avec Jean Rey et Jean Dausset, pour l’évaluation systématique de toutes les structures qui dispensent des soins.

Sa compétence alliée à sa pugnacité, sa pratique de l’interdisciplinarité (il est membre à la fois de l’Académie de médecine, qu’il présidera, et de l’Académie des sciences), faisant coopérer étroitement biologistes, cliniciens, épidémiologistes et physiciens, lui valent sa réputation de « sage de la santé publique ». Escorté des Prs Claude Got, Gérard Dubois, François Grémy et Albert Hirsch, il élabore ainsi, en 1989, un plan de santé publique (alcoolisme, tabagisme, prévention des maladies graves). Son ennemi numéro un est alors le tabac, coupable de 60 000 morts, le plus grand fléau d’entre les fléaux dénonce-t-il, devant l’alcool.

« Arrêtons d’avoir peur ! »

C’est l’époque où, imprécateur sur les plateaux télé, il interpelle les candidats aux présidentielles, dénonce les limites des pouvoirs publics, comme dans l’application, à ses yeux, très insuffisante, de la loi Évin, ou dans les décisions sur la vaccination contre le VHB dans les établissements scolaires, alors que, assure-t-il, le lien n’est pas établi avec la SEP.

Le Pr Maurice Tubiana s’engagera sur tous les fronts et dans tous les débats où la santé publique est mise en cause, à raison ou indûment selon lui. Il pourfend les vrais coupables avec la même énergie qu’il met à disculper les faux suspects : dans les polémiques autour des choix énergétiques, il conclut qu’entre le charbon, le pétrole, le gaz et le nucléaire, c’est ce dernier qui induit les moindres risques sanitaires ; au chapitre de la pollution, il affirme que moins de 1 % des cancers sont dus à l’environnement, et non 40 % comme on le prétend, l’alcool et le tabac étant responsables de 28 % des cancers.

Dans son dernier livre, « Arrêtons d’avoir peur ! »*, il dénonce les nouvelles alarmistes diffusées au sujet des insecticides, dont l’interdiction tuerait des millions d’Africains, des OGM, sans lesquels la population de la planète serait rapidement affamée, des antennes de téléphonie mobile, ou même des gaz de schiste, dont il explique que l’interdiction est « aberrante ».

Après le nazisme, après le cancer, c’est la désinformation et la manipulation catastrophiste qui aura été son ultime combat, fustigeant « l’écologisme et le précautionnisme », ces « deux religions » du clan anti-scientifique.

* Michel Lafon, 2012, 18 euros.


« Que la mort me trouve plantant mes choux »

Maurice Tubiana , élu à l’Académie de médecine en 1988, président pour l’année 2002, était un de ses membres les plus éminents et les plus actifs. Les traits dominants de sa personnalité étaient l’ardeur au travail et un jugement toujours logique et rationnel. Nommé directeur de l’Institut Gustave-Roussy en 1982, il en fit le centre français le plus renommé en carcinologie . Après sa retraite, il se consacra aux questions de santé publique de notre pays. Il était de tous les combats : la lutte contre le tabagisme, les méfaits de l’alcoolisme chez les jeunes, l’éducation dès l’école primaire en matière de santé, l’insertion sociale des personnes âgées, les actions de prévention, une juste évaluation des effets biologiques des faibles doses des radiations ionisantes et, enfin, le risque d’un principe de précaution mal conçu et mal appliqué. Dans la conférence qu’il donna à l’Académie à l’issue de son année de présidence, il cita la phrase de Montaigne dans les Essais : « Je veux que la mort me trouve plantant mes choux », disant ainsi qu’il fallait travailler jusqu’à la fin de sa vie. Il en a été l’exemple parfait.

Pr Raymond Ardaillou, secrétaire perpétuel de l’Académie de médecine
 
CHRISTIAN DELAHAYE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
25.09.2013 à 12h35

« Un grand penseur de la médecine vient de disparaître. »

Répondre
 
25.09.2013 à 10h52

« C'était un rempart contre les "malsavants". D'autres suivront son exemple. »

Répondre
 
25.09.2013 à 09h29

« Un grand homme, un grand scientifique, un grand humaniste. »

Répondre
 
25.09.2013 à 01h31

« J'avais retenu celle-ci du Professeur : "Si l'alimentation bio a du succès, c'est bien la preuve d'un déficit français en culture scientifique."
Ce franc-parlé va nous manquer... »

RIP

Répondre
 
24.09.2013 à 22h48

« La notoriété n'est pas un gage de lucidité ni le signe d'une parole incontestable.
Le respect de la personne disparue ne signifie pas le cautionnement de ses idées.
Profession: médecin. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 1

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter