Défense des internes de médecine générale : l’ISNI et l’ISNAR-IMG à couteaux tirés

Défense des internes de médecine générale : l’ISNI et l’ISNAR-IMG à couteaux tirés

20.09.2013
  • 1379695212455966_IMG_111267_HR.jpg

À gauche : l’ISNAR-IMG, intersyndicale représentative des internes de médecine générale de 23 structures de ville. À droite : l’ISNI, syndicat des internes en médecine, « de toute spécialité et de toute subdivision ». Depuis trois jours, les deux structures, qui revendiquent chacune le poste de grand défenseur de la médecine générale, se battent à coup de communiqués de presse.

Tout a commencé en mai, quand l’ISNI a changé de nom pour renforcer son audience auprès des internes de médecine générale.

La participation de l’ISNAR-IMG au front généraliste aux côtés de huit autres organisations, dont MG France, a cristallisé les rancunes entre les deux syndicats.

Le même jour, l’ISNI se fendait d’un communiqué intitulé « la valorisation de la médecine générale, une spécialité comme une autre ! », où elle descendait en flèche les participants au front généraliste, considéré comme « un amoncellement de structures corporatistes et filiéristes ». L’ISNI y stigmatisait aussi « les propositions toujours conniventes du CNGE et de l’ISNAR-IMG visant à empêcher les internes de médecine générale d’accéder aux spécialités de médecine d’urgence ou de gériatrie, ou de limiter l’accès à d’autres DESC, dans une vision dogmatique et fermée sur elle-même de la spécialité ».

La veille, déjà, la centrale s’inquiétait du manque de moyens de la filière universitaire de médecine générale, cheval de bataille récurrent de l’ISNAR-IMG.

Légitimité

Ce vendredi, au tour de l’ISNAR-IMG de répliquer d’un titre assassin : « Médecine générale, une spécialité pas encore comme les autres ». Après avoir proposé en introduction à l’ISNI de « s’occuper de ses adhérents bien délaissés ces derniers mois dans ses communications », l’ISNAR-IMG rappelle compter « près de 6 000 adhérents sur les 10 000 internes de médecine générale actuellement en formation ». « On ne s’improvise pas expert, on en obtient la légitimité », tacle encore l’intersyndicale…

Contacté par « le Quotidien », Emanuel Loeb, président de l’ISNI, assure qu’il n’y aura pas de nouveau communiqué de presse en réponse. Mais ne manque pas de s’interroger sur « le risque de récupération pour une organisation étudiante à se rapprocher à ce point d’un syndicat professionnel ». « Les internes de l’ISNAR-IMG sont-ils des futurs affiliés à MG France ? »

A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
20.09.2013 à 20h07

« Lutte des classes. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 5

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 2

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter