Le Sénat chamboule les règles de prescription de lentilles et lunettes

Le Sénat chamboule les règles de prescription de lentilles et lunettes

13.09.2013
  • 1379088464453754_IMG_110728_HR.jpg

C’est dans une relative indifférence que le Sénat a adopté jeudi soir des mesures controversées qui modifient les règles de prescription et de vente de lentilles et de lunettes, dans le cadre du projet de loi consommation.

Présenté par le gouvernement afin d’« améliorer l’accès aux soins visuels partout sur le territoire et réduire les délais d’attente pour les rendez-vous en ophtalmologie », un amendement autorise, tout en l’encadrant, la vente à distance de verres correcteurs et de lentilles correctrices.

Le texte « relève de trois à cinq ans la durée pendant laquelle les opticiens-lunetiers peuvent adapter une prescription de verres correcteurs ». Il limite aussi l’obligation de prescription médicale aux seuls verres correcteurs, n’obligeant plus, de facto, les porteurs de lentilles à un passage chez l’ophtalmologiste.

Un autre amendement ouvre à la libre concurrence les solutions d’entretien ou d’application des lentilles oculaires de contact.

Faire plaisir aux opticiens ?

En séance publique, le débat autour de ces dispositions a duré… sept minutes. Seule une poignée de sénateurs étaient présents. Le Dr Catherine Deroche, sénatrice UMP du Maine-et-Loire, est l’un des rares élus à s’être opposé à ces évolutions. Selon la cardiologue, prolonger la validité des ordonnances de lunettes de trois à cinq ans va « faire plaisir aux opticiens », mais aura un impact négatif sur le dépistage et la prise en charge des pathologies oculaires. Ce texte traduit « une forme d’irresponsabilité par rapport à la qualité et à la santé oculaire » des Français, a fustigé la sénatrice.

La bataille n’est pas finie. Contacté par « le Quotidien », le Dr Jean-Bernard Rottier, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF), dénonce des « mesures pensées par les opticiens, pour les opticiens, qui vont à l’encontre de la santé publique ». Il dit « attendre le cheminement du texte ». Face à ce choix« économique », les ophtalmologues « comptent bien réagir ».

Démédicalisation ?

Pour sa part, le Centre national des professions de santé (CNPS) condamne une « démédicalisation de la santé visuelle ». Philippe Gaertner, pharmacien et président du CNPS, s’inquiète de « la dérégulation progressive et insidieuse du secteur de la santé, au profit d’un glissement vers le secteur commercial ».

Après le Sénat, qui termine l’examen du projet de loi ce vendredi soir, le texte sera entre les mains des députés.

 A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
15.09.2013 à 00h07

« Oui mais les ophtalmologistes et l'Ordre des médecins auraient dû anticiper et prévoir une collaboration pour la prescription de lunettes avec les optométriciens notamment pour pallier au manque de Lire la suite

Répondre
 
JEAN FRANCOIS C Médecin ou Interne 14.09.2013 à 20h32

« Et voilà, des politiques qui ne connaissent pas leur dossier, et raisonnent comme le plus ignorant et le plus stupide de nos malades. »

Répondre
 
14.09.2013 à 22h24

« On aura tout vu : après l'état prescripteur, les sénateurs font tout un plat ...des lentilles. »

Répondre
 
14.09.2013 à 18h35

« Nous allons recommencer à voir de la pathologie lourde ,comme celle qui était décrite au chapitre "formes historiques de la maladie" de nos questions d'internat et qui se voient encore dans les mais Lire la suite

Répondre
 
14.09.2013 à 13h39

« Effectivement, c'est affligeant... Mais les lois de la grande distribution sont appliquées depuis longtemps dans des centrales d'achats qui vous imposent des produits et vous coupent le choix de pre Lire la suite

Répondre
 
PHILIPPE M Médecin ou Interne 14.09.2013 à 11h05

« En tant qu'ophtalmologiste je trouve ce projet de loi lamentable. La médecine préventive en prend un sacré coup. Les patients pendant cinq ans auront tout le temps de dégrader à vie leurs nerfs opti Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 14.09.2013 à 15h16

« Ça c'est vrai, c'est un comble alors qu'on nous rebat les oreilles avec la prévention et qu'on n'en fait jamais assez ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 8

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter